Archives de Tag: Shalinka

Je dois être complètement frappée…

Oui, parfaitement cinglée. Ça doit être la chaleur. Faut dire, 36 °C à Paris, où on va. (Psst, l’Islande, vous ne pourriez pas avoir un volcan bien fumeux pour obscurcir l’atmosphère quand on en a besoin, dites? Quelque chose pour faire écran au soleil, je dis ça et je ne dis rien…)

Procrastination cat will do it tomorrow... but not writer cat!

Bon. Bref. Donc, aujourd’hui, je suis totalement dingue. Pis, c’est une rechute: j’ai commencé à écrire un nouveau roman!

Oui, oui. Vous avez lu.

Enfin, « aujourd’hui »… Pour être précise, j’ai commencé hier soir, heu, très tard. Au lieu d’aller me coucher. Après m’être couchée, en fait, puisque j’étais dans mon lit. Mais impossible de dormir. Le moyen, avec une cascade de mots qui déferlent sur le cerveau et insistent qu’il faut les noter tout de suite, et non, demain ça ne vaut pas…

Résultat: lampe de chevet, cahier de notes, stylo. Pas question d’allumer l’ordi, là pour le coup je n’aurais pas pu me rendormir après. Griffonner, raturer. Les idées sur le papier. Cette expression à noter, là, celle-ci! Et puis celle-là! Et telle description! Et, et, et…

Ouf.

Passé une heure du mat’, mon cerveau m’a un peu lâchée, et j’ai pu enfin dormir.

Aujourd’hui… Ben, aujourd’hui, j’ai pris mes notes, mon ordi, et tapé, tapé, tapé. En espérant au passage améliorer.

Et de toute façon, c’est un premier jet.

Quel genre de roman? Hmm. Pour ceux/celles qui sont intéressé(e)s, disons qu’il ne s’agit pas de la suite immédiate du précédent (voir ici, L’Héritier du Tigre) mais que c’est fortement en rapport. Et que si d’aventure on a aussi lu ma nouvelle « L’Horizon incertain »… Cela rappellera aussi des choses.

Je n’en dis pas plus pour l’instant.

P.S. Ah, si, il y a une chose, puisque la question a été posée: j’ai bien dit que c’était un premier jet, donc une version pas encore présentable. Vous n’avez pas envie de la lire tout de suite, faites moi confiance.

Le livre est épuisé… mais l’auteure, pas encore

Petit rappel des épisodes précédents: en 2006 paraissait mon premier roman, L’Héritier du Tigre, aux toutes jeunes éditions du Navire en Pleine Ville.

Les ventes de l’ouvrage ont été honnêtes – pour un premier roman d’une inconnue chez un petit éditeur de province – sans être renversantes; et les avis critiques assez positifs. Le bouquin a même été finaliste du Prix Merlin. (Prix du public en France pour le fantastique et la fantasy.) Tout allait donc plutôt bien quand…

L’éditeur a rencontré des difficultés économiques et, en 2009, a déposé son bilan. Ce sont des choses qui arrivent.

Depuis, le bouquin est bien sûr devenu introuvable en librairie, ou presque si on compte les revendeurs d’occasion et soldeurs. (Une petite recherche parmi les bouquinistes d’AbeBooks révèle quand même trois exemplaires disponibles, dont un vendu au double du prix initial… Bonjour la spéculation.)

Enfin, pour différentes raisons, il est peu probable que je trouve rapidement un autre éditeur pour ce livre. Que faire, que faire? Hmm…

Le republier sur le Net, pardi. Ici même, gratis, et en licence Creative Commons.

Tant qu’à faire.

Il faut dire que c’est quelque chose que j’avais envie de faire depuis le début. Néanmoins, devant la nécessité de trouver un éditeur classique, j’avais dû laisser de côté ces velléités. Qui dit éditeur classique dit cession des droits, et les droits numériques sont par défaut inclus dedans.

Je ne vais pas m’étendre sur le sujet (si on veut approfondir, voir par exemple le diagnostic de Callimaq sur le cas du contrat d’édition, « fossile vivant »…)

Mais dans les circonstances actuelles, je suis libre. Y compris libre de publier le texte sans intermédiaire et sans exiger de contrepartie financière. (Ce qui ne veut pas dire que je renonce totalement à cette possibilité. Ni à l’éventuelle republication sur papier, si d’aventure un éditeur était intéressé. Et si d’aventure vous vous sentiez l’envie de contribuer, voyez le bouton « Flattr », en haut, dans la colonne de droite.)

Bref, attendez-vous à trouver bientôt sur ce blogue un nouveau feuilleton: les 24 – pardon, 28 – chapitres de L’Héritier du Tigre.

Ce sera mon cadeau de fin d’année, si vous voulez.

P.S. Le début du feuilleton est ici, et là liste des chapitres déjà publiés là-bas.