Archives de Tag: philosophes

Le roman policier à travers le temps : (3) L’art de lire les indices, du Talmud à Serendip

Miniature persane (détail) : le roi Vahram, père des trois princes du conte.

Troisième article de la série, après un regard sur les déductions de Daniel, dans la Bible, et un autre sur un récit policier inclus dans les Mille et Une Nuits.

On a tous dû lire en classe l’histoire de Zadig et du cheval que cet habile philosophe parvient à décrire en détails sans l’avoir jamais vu. Tout ce que le héros de Voltaire a sous les yeux, ce sont les traces laissées sur la route par l’animal : taille des sabots, régularité du pas, endroits où il a mangé la végétation sur les côtés de la route… Mieux encore, Zadig répète l’exercice avec la petite chienne de la reine, avec une telle précision que les serviteurs qui sont à la recherche de l’animal échappé en viennent à croire… qu’il a dû la voler lui-même !

Ou peut-être avez-vous lu la version qu’en donne Umberto Eco dans Le Nom de la Rose ? Là, c’est Guillaume de Baskerville, moine franciscain et disciple de Roger Bacon, qui observe sur la route les traces d’un cheval, voit le personnel du monastère parti à sa recherche, et en déduit que c’est le propre cheval du père abbé qui s’est échappé. Quand il explique son raisonnement, toutefois, il est mieux accueilli que Zadig et sa science est grandement admirée.

Mais cette histoire a des racines plus anciennes. Voltaire s’est inspiré d’un texte persan qui remonte au début du XIVe siècle, mais dont une traduction française avait paru en 1719 : Les Trois Princes de Serendip. Ce conte est mieux connu aujourd’hui, surtout dans les pays anglo-saxons, comme l’inspiration derrière le mot serendipity, créé par l’écrivain anglais Horace Walpole, pour désigner le hasard heureux, les découvertes faites alors qu’on ne les cherchait pas. Ce n’est pas lié à l’épisode dit du chameau, où les princes observent les traces d’un chameau échappé (qui deviendra un cheval dans Zadig), mais à la fin du conte : les héros reviennent chez eux sans avoir trouvé ce qu’ils cherchaient, mais trouvent le bonheur dans ce qu’ils ne cherchaient pas.

On peut même remonter plus haut : l’épisode du chameau a des parallèles dans le Talmud, où la version la plus ancienne figure dans un recueil de commentaires datés des Ve/VIIe siècle de notre ère, le Midrash des Lamentations. Là, ce sont deux esclaves juifs marchant derrière leur maître persan qui observent un chameau qui a laissé des traces sur la route : herbe broutée d’un seul côté, gouttes de miel et de lait qui coulent des outres qu’il transporte, etc. Ces détails reviennent tels quels dans Les Trois Princes de Serendip, ce qui tend à suggérer que l’histoire circulait largement dans l’Orient médiéval.

Le conte de Voltaire a eu lui aussi un grand retentissement littéraire, et il n’est pas absurde de penser qu’il a inspiré les premiers auteurs de « vrais » récits policiers, à commencer par Edgar Allan Poe. Dans sa nouvelle « Double assassinat dans la rue Morgue », l’Américain met d’ailleurs en scène un détective français. Pur désir d’exotisme, ou bien coup de chapeau discret à l’illustre philosophe et à son héros si sagace ?

On pourra toujours essayer de déduire la réponse à notre tour.