Archives de Tag: nouvelles

Boris Strougatski, après Arcadi, à jamais dans les étoiles

C’était pour moi un nom exotique sur une couverture, l’une des deux unités d’un duo de frères vivant et publiant en Union soviétique des années 60 à 80, souvent en rusant avec la censure, en marge de leurs métiers respectifs de traducteur de japonais et de chercheur scientifique… Voilà à peu près tout ce que l’on pouvait glaner sur la 4e de couverture ou la présentation de l’éditeur d’un livre d’Arcadi et Boris Strougatski.

Couverture : "Il est difficile d'être un dieu", par Arcadi et Boris Strougatski, éditions Denoël, coll. Lunes d'encre

Cheez Denoël, coll. Lunes d’encre, une réédition révisée bien méritée

Ils font partie des auteurs qui ont marqué ma jeunesse, parce qu’ils figuraient dans la bibliothèque assez éclectique de mon père (lui-même amateur de science-fiction et de fantastique) et venaient avec de chaudes recommandations de sa part. J’avais lu très tôt la traduction (hélas écourtée) de Il est difficile d’être un dieu dans Présences du Futur, un des grands romans politiques de la SF. Et puis l’insolite Le Lundi commence le samedi, qui à la SF mêle le merveilleux des contes populaires russes ; et plus récemment La Seconde invasion des Martiens, un court roman férocement drôle et désespéré, qui accomplit le tour de force d’être à la fois une satire d’un système bureaucratique à la soviétique, et d’un monde capitaliste où l’argent est roi.

Il y a aussi les textes découverts grâce à quelques merveilleux bénévoles du fanzine Antarès, dans les années 80, comme ce « Tentative de fuite », où là aussi, sous une apparente utopie collectiviste, se cache une dénonciation de la déshumanisation de l’homme par l’homme.

Et c’est l’émotion, soudain, en apprenant la mort de Boris Strougatski le 19 novembre 2012, à l’âge de 79 ans.

J’avoue que j’ignorais que son frère, Arcadi, était décédé depuis 1991 ; ni que le vieil auteur de SF avait continué d’être publiquement actif à plus de 70 ans, critiquant les dérives autoritaires conservatrices du régime de Poutine, et défendant notamment le collectif féministe Pussy Riot

C’est un grand monsieur qui nous quitte, et toute la SF mondiale qui perd un autre morceau vivant de son histoire.

Fin (pour le moment)

N’y allons pas par quatre chemins: oui, je sais, cela fait plus d’un mois que ce blogue n’a plus été mis à jour. Et non, hélas (ou tant mieux? c’est selon), il ne sera probablement pas réalimenté de sitôt.

Pourquoi? Oh, juste la Vie Réelle™ qui s’interpose…

Plus précisément, disons que j’ai peu à peu réalisé que j’en avais assez de jouer les éditorialistes occasionnelles, surtout dans un contexte aussi exaspérant. Par où commencer? Entre la saga de ceux qui légifèrent sur internet sans y entraver quoi que ce soit, celle d’un gouvernement aux abois qui multiplie les fumigènes avec la bénédiction de journalistes qu’on enverrait bien rempiler sur les bancs de l’école; entre la frilosité des éditeurs français devant le livre électronique (ah, si seulement on pouvait reproduire ce qui marche pour le livre papier!) et le climat général de ce pays où une héritière peut jouer les chefs de parti populiste sans sombrer dans le ridicule… Franchement, parfois, même le ricanement vengeur meurt sur les lèvres, dans un grand soupir d’impuissance.

Bref, commenter l’actualité, même limitée à l’édition, ou aux livrels, ou à internet, ce n’est plus trop ma tasse de thé.

Fatigue et dégoût? Oui, vous pouvez dire ça. Mais pas uniquement (et c’est heureux!): il y a aussi le désir de faire des choses qui échappent, justement, à tous ces sujets d’exaspération. Tiens, reprendre sérieusement l’écriture, par exemple…

Et c’est ma raison numéro 2 pour annoncer que je me mets en vacances de blogue pour une période indéterminée: le temps et l’énergie que je consacrerais à alimenter ce site pourrait être aussi bien (et probablement mieux) utilisé à un peu de création littéraire. Du moins, au genre de création littéraire (certains pourraient arguer que le blogue est un genre littéraire…) qui a un peu de chance de continuer à être lu même après que 99% d’entre nous auront oublié l’écume de l’actualité.

Bref, retour pour moi à la fiction! Je suis sûre qu’il y en a ici qui ne s’en plaindront pas, hmm?

En attendant, lecteurs et lectrices fidèles, ou bien nouveaux/nouvelles venu(e)s, on peut bien entendu toujours accéder aux textes que j’ai déjà mis en ligne, comprenant plusieurs nouvelles et un roman.

Merci, et j’espère à un de ces jours.

Concours de nouvelles Visions du Futur 2011

De l’imagination? À vos marques, prêts… Écrivez! Ou dessinez, selon les cas.

Mais d’abord, bien sûr, n’oubliez pas de consulter le règlement du concours Visions du Futur 2011, organisé par l’association Présences d’Esprits, et qui récompensera trois catégories d’œuvres de l’imaginaire: nouvelle, bande dessinée et illustration. Kézaco, « imaginaire »? C’est l’ensemble des genres qu’on classe sous les étiquettes de science-fiction, fantasy, fantastique et merveilleux.

Précisons que les lauréat(e)s seront publiés dans un numéro spécial de la revue AOC. Débutants, débutantes, à vos méninges…

(Source: le blogue Monde de la SF. Merci, Georges.)

Accouchement littéraire en pleine nuit

Ce sont des choses qui arrivent. Enfin, qui arrivent aux écrivains, naturellement… C’est aussi un élément de réponse à la question classique: «Mais comment viennent vos idées?»

Quoi donc? Oh, de se retrouver, tard le soir, tandis qu’on laisse errer ses pensées en attendant le sommeil, à soudain se sentir de nouveau bien éveillée, sous l’effet d’une idée qui se matérialise et qui exige d’être explorée! (Oui, se matérialiser, comme dans Star Trek… C’est un peu l’effet que ça fait.)

Dans ces cas-là, il n’y a pas grand chose à faire que se lever et noter le truc. Non, pas question d’essayer de dormir malgré tout en se disant qu’on pourra toujours remettre ça à demain – c’est l’idéal pour se retrouver, comme Coleridge, à oublier l’essentiel du texte à cause d’une bête interruption. Et pas question non plus d’essayer de suivre jusqu’au bout l’idée naissante, d’explorer toutes ses implications – on a beau se sentir éveillé, la fatigue est là, ainsi que la confusion. C’est le meilleur moyen pour gâcher le texte. (En plus de ne s’endormir qu’à l’heure où il faudrait se lever…)

Bref, dans un cas pareil, l’arme suprême est le carnet de notes et la lampe de chevet. (Non, je ne suis pas encore passée au Netbook. Ni à la tablette.)

Des phrases me viennent en tête, commencement d’une histoire? Hop, sur le papier! Et qu’importe le griffonnage, le tout est de piéger l’idée naissante et de l’empêcher de s’envoler. Il sera bien temps, le dimanche, de déchiffrer le tout et de voir si ça vaut la peine d’être rédigé. Test imparable (dans mon expérience): si l’excitation est toujours là, c’est que l’idée vaut le coup.

Mais forcément, après cette irruption d’inspiration suivie de fiévreuse prise de notes, on n’est plus très ensommeillé… Et après l’excitation, il faut redescendre. En espérant n’être pas trop vaseux le lendemain.

P.S. Au cas où on se poserait la question: le coup de l’attaque nocturne d’inspiration m’est bel est bien arrivé cette semaine. Vendredi soir, pour être précis. Et les notes prises à cette occasion m’ont permis d’écrire une nouvelle fantastique ce dimanche. Je viens de la terminer et suis donc en train de vivre un autre type de descente. Les mots, c’est fou ce que c’est grisant…

Où je teste Scribd (avec une nouvelle)

En lisant le billet de Thierry Crouzet sur la façon de publier des livrels sur l’iBookStore d’Apple, d’une chose à l’autre, je me suis retrouvée à vouloir télécharger sur Scribd sa version de «L’homme qui plantait des arbres», de Giono – et à devoir choisir entre payer un abonnement à Scribd ou mettre en ligne (uploader, quoi) moi-même un document sur cette plate-forme…

Chiche! Voici donc «Préface à l’œuvre d’un poète oublié», une petite nouvelle dont je suis assez fière, et que je peux sans rougir envoyer sur Scribd, tout comme je l’avais déjà confiée à Feedbooks:

(Versions disponibles au téléchargement: texte simple et PDF. Le tout sous licence Creative Commons by-sa-nc, précisons-le.)

Enfin, profitons de l’occasion pour rappeler que si on a aimé ce texte, il n’est pas interdit d’acheter le recueil où il figure! Versions papier et numérique disponibles.

Mille Saisons réédite ma nouvelle «Cause perdue» — en numérique

Bonne nouvelle (sans jeu de mots) pour les amateurs francophones de fantasy et de lectures numériques: depuis le 1er septembre, les éditions Mille Saisons proposent des nouvelles à télécharger au format PDF, sans DRM et au prix unitaire de 2,00 € désormais 1,00 €.

Et parmi celles-ci, ma nouvelle de 2007, «Cause perdue», précédemment publiée dans l’anthologie Solstice 1: Facettes d’Imaginaire, aux mêmes éditions Mille Saisons, dont les 200 exemplaires imprimés sont désormais épuisés. Si vous l’aviez manqué, c’est l’occasion de réparer ça! Il y a sept titres réédités parmi les nouvelles qui composaient de cette anthologie.

Mieux: jusqu’au 15 septembre, Mille Saisons a décidé d’offrir l’une de ces nouvelles gratis, au choix, à toute personne qui achèterait un livre auprès de leur boutique en ligne.

Je me suis laissée dire que c’était là une expérience, histoire de tester l’appétit du public pour ce genre de produit… À suivre, donc.

P.S. Je réponds en commentaire à Béranger, qui fait remarquer que cette «Cause perdue», comme plusieurs de mes nouvelles, est disponible gratuitement sur Feedbooks. Juste. Je n’y pensais plus, et il a raison de le rappeler. Mais que cela n’empêche pas, si on a aimé ces nouvelles, de manifester l’approbation en mettant quelques sous dans l’escarcelle de l’auteure et de l’éditeur… 😉

P.P.S. Et selon l’éditrice (cf. commentaire du 12/09/10), l’opération «une nouvelle gratuite pour un roman acheté» pourrait se prolonger. Excellente idée.

Et en avant pour l’écriture

Choses que je me suis promises de faire aujourd’hui : reprendre une de mes nouvelles restées inédites et la nettoyer (si nécessaire adapter) pour l’envoyer à un appel à textes dans le domaine du fantastique. Un AT qui pourrait conduire à une publication pro, qui plus est, chez un sympathique petit éditeur indépendant.

Bon. Juste une nouvelle, pour l’instant. Sur le plan de l’écriture de fiction aussi, je sais que j’ai intérêt à progresser en douceur.

En attendant ? On peut faire pis que visiter The Unspeakable Vault (of Doom), de François Launet, dont le dernier épisode raconte une histoire (presque…) vraie sur les dangers du prosélytisme.

P.S. (le soir) : Ayé ! Mission accomplie.