Archives de Tag: jardins

Un arbre en liberté

Grand platane dont des branches traînent à terre

Août 2016, Parc Barbieu à Roubaix

Tellement banal, un platane ? C’est qu’on en voit rarement ailleurs que le long d’un boulevard, taillés ras pour éviter que les branches, poussant comme bon leur semble, ne zigzaguent entre ciel et terre…

Désolée du hiatus… et autres petites choses

Non, je ne suis pas perdue dans les glaces. D’ailleurs, même à Paris, la neige n’a pas tenu plus de quelques jours. (Qui a dit « Dommage » ?)

Photo : deux oies se reflètent sur l'eau d'un étang au mileu des arbres

Oies dans le parc Majolan (Gironde) – janvier 2013

Mais la Vraie Vie™ a ses priorités, qui à nous s’imposent… Sorry, pas de blog pendant ce temps, ni dans un avenir proche je crains. Qu’on se rassure, je vais bien (tant pis pour mes détracteurs, au fait) ; j’ai juste autre chose à faire ces temps-ci que de bloguer, surtout gratis.

Avec un peu de chance, cela inclura d’autres travaux d’écriture. Mais, chut, n’en soufflez mot ! 😉

Brèves de guichet: la journée du patrimoine

Cette année, j’ai sacrifié au rite des journées du patrimoine, alors que je me trouvais dans la région de Bordeaux, avec des amis. Parmi nos visites, les jardins du château de Vayres, qui valent bien le détour. Comme beaucoup de ses pareils, c’est un peu l’abrégé en pierre de l’histoire de France: Moyen-Âge, Guerre de Cent ans, Renaissance, Fronde, etc.

Château de Vayres (Gironde), habité à l'année par...... on Twitpic

Nous apprenons que le château est toujours habité, et toujours entre des mains privées, mais sans plus de précisions, et la curiosité nous fait essayer de tirer les vers du nez au jeune homme qui officie à la vente de billets.

«Qui donc habite le château à l’année», demandons-nous? (Nous croyons jouer très fin en ne demandant pas de but en blanc qui est propriétaire de ce luxueux tas de pierre. Le pays de l’argent a ses pudeurs, on le sait bien.)

La réponse vient du tac au tac:

«C’est moi!»

Ah, ha! C’est donc lui le gardien, et discret sur son employeur, semble-t-il. Pas fou. Et il est clair qu’il suit la consigne.

Force nous étant d’être plus explicites, nous demandons qui est le proprio, mais n’obtenons que cette description: un grand banquier d’affaire français. Voilà, voilà. Le château d’Henri IV et des comtes de Foix appartient bien à la nouvelle aristocratie… Mais aujourd’hui comme hier, ce sont avant tout des employés qui y résident.

Rien de nouveau sous le soleil de France.