Archives de Tag: feuilleton

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 28 (et dernier)

Cette fois, ça y est: voici le dernier chapitre de L’Héritier du Tigre! Ce fut un long chemin, mais j’espère avoir permis au lecteur d’apprécier le paysage…Bonne lecture à tous et à toutes.

Et comme toujours, je précise que ce texte est gratuit, mais qu’il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 28 : La compagnie du Prince Rouge

J’avais atterri sur des pavés mouillés, inégaux. Je reconnus la place déserte, autour de la vieille fontaine moussue. Elle ne resterait pas vide bien longtemps. La grande lune était haute et ronde dans le ciel, baignant le village de sa lumière blanche. De la maison jaillissaient des cris affolés.

Une porte s’ouvrit à la volée. Me rejetant dans l’ombre, je m’enfuis en courant, tournant le coin de l’édifice. Là, abrité des rayons de lune, un mur aveugle menait vers d’autres rues sombres… Mais déjà des Knas s’approchaient, venant de l’autre côté. Leurs pas claquaient sur les pavés. Pas le temps de chercher une cachette…

Plaqué contre le mur, j’écoutais les pas se rapprocher en tenaille. D’un instant à l’autre… Ma main toucha une paroi de bois rêche, ventrue comme un tonneau. C’en était un. Une gouttière descendait le long du mur et s’y déversait.

Sans attendre, je grimpai par-dessus le rebord et m’accroupis à l’intérieur. Hors de vue ! J’avais les pieds dans cinq pouces d’eau, mais je m’en souciais peu. Les pas et les voix de plusieurs Knas mal réveillés résonnèrent sur la place déserte. Le halo de leurs torches les empêchait de rien voir dans l’ombre, je le savais.

Lire la suite

Publicités

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 27

Et nous arrivons à l’avant-dernier chapitre… Mais si, mais si! Comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons aussi que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 27 : La vérité

Je ne relevai la tête qu’au bout d’une heure ou deux, lorsque l’embrasure entre les portières fut soudain obscurcie. Notre voiture passait entre deux hauts murs de pierre grise. Shalin-Yari, déjà ? C’était bien tôt… bien tôt pour découvrir déjà cette nouvelle vie…

Mais le vieux Dreyyin Sharani, qui s’était appuyé à la fenêtre pour lancer quelques ordres à notre escorte, annonça avec un sourire :

Voici le bourg d’Ereyyenta, Monseigneur !

Rien n’a changé ici depuis des années, fit remarquer le prince Shalinka avec approbation.

Au clin d’œil qu’ils échangèrent, je sus qu’il ne parlait pas seulement de l’aspect de la ville. Ici, au moins, il n’aurait pas à craindre pour la fidélité de ses gens. Après la traîtrise du Sensharaïn et de notre ancien allié Satyissinsha, c’était appréciable de savoir qu’on pourrait dormir en paix !

Le chef de village lui-même fit mine de maintenir pour nous les portes fortifiées, pesant contre le battant clouté de fer. Mise en scène obséquieuse, évidemment, tant le vieillard semblait frêle. Mon grand-père fit arrêter un instant la voiture pour le saluer, ce qui lui valut les acclamations de tous les villageois présents. Déjà nous nous étions remis en marche, laissant les bonnes gens du lieu trotter à notre suite.

Comme ces rues étaient sombres entre les murs noircis de fumée ! Seules des bannières rouges et blanches, déployées à la hâte pour accueillir le seigneur Shalinka, égayaient un peu cette vue.

Lire la suite

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 26

Oui, le feuilleton continue, aujourd’hui avec l’antépénultième chapitre! Bonne lecture, donc. Je rappelle que ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 26 : Les derniers doutes

Je restai un long moment assis sur le sol, haletant, laissant mon souffle revenir peu à peu. La gorge me brûlait. Tout le côté droit de mon visage m’élançait, à l’endroit où Satyissinsha m’avait frappé. Il allait enfler terriblement, sans doute, mais grâce au Ciel je n’avais rien de cassé.

Je regardai mon grand-père, Shalinka Solraïni Ktassilsha, retirer son épée du corps sans vie du traître et l’essuyer soigneusement sur l’anbaï damassée de celui-ci.

Il se pencha sur moi, un genou en terre, fixant ses yeux clairs dans les miens. Une main posée sur mon épaule, il laissa échapper un soupir.

Yenshaya, mon fils !

Le cœur faillit me faire défaut. J’essuyai d’un revers de manche les larmes qui s’étaient accumulées au bord de mes yeux. J’essayai de parler, sans y parvenir. Quelque chose me suffoquait, et ce n’était pas seulement dû aux attentions de Satyissinsha ! Une colère sourde montait en moi.

Lire la suite

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 25

Aujourd’hui aussi, il y a un deuxième chapitre. Numéro 25 (sur 28). Bonne lecture! Et comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 25 : Le dernier péril

Baïran Syini marchait un peu en avant. Je le vis s’arrêter soudain, tenter de tourner bride. Ce que nous redoutions avant tout s’était produit. On nous attendait au détour du chemin.

Plusieurs cavaliers en armes, portant les livrées rouges et blanches de Shalinka, galopèrent vers nous. Comme le deuxième groupe de poursuivants. Mon cœur se mit à battre à tout rompre. Était-ce la fin ? Cela semblait tellement stupide, tellement injuste, si près du but !

Je n’eus guère le temps de me lamenter. En un instant, nous fûmes entourés par une dizaine de cavaliers portant les couleurs familières. Incrédule, je reconnus l’un d’entre eux…

Lire la suite

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 24

Aïe! Je vais encore devoir faire des excuses. Pour un bête trou de mémoire, cette fois-ci: contrairement à ce que j’avais annoncé en décembre, il n’y a pas vingt-quatre chapitres au roman L’Héritier du Tigre, mais vingt-huit! Le présent, numéro 24, n’est donc pas le dernier… Mais bon, cela veut dire qu’il y aura plus de lecture pour vous, pas vrai?

Sinon, comme toujours, je rappelle que ce texte est gratuit, mais qu’il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 24 : En chemin

Le lendemain, nous repartîmes, toujours remontant le Shenran. Voyager de jour était moins risqué à présent que la grand-route s’éloignait du fleuve, coupant droit à travers les plaines jusqu’à Shalin-Yari. Et il était clair que les traîtres nous cherchaient sur la route, non sur l’eau.

Je ne fis aucun commentaire sur ce que j’avais vu la veille, dans la combe. Les Krobors non plus ne dirent rien, mais ils semblaient déçus. Avaient-ils vraiment cru que je voudrais les rejoindre ?

Je me remémorai la façon dont certains avaient échangé des murmures. J’avais saisi le nom de ma défunte nourrice, Lelgatniz. Comme une clef, un mot de passe. On eût dit alors qu’ils avaient pris conscience, ou peut-être s’étaient convaincus, que je participais déjà, au fond, de la même substance, du même sang qu’eux.

Ce n’était pas une pensée encourageante, tout bien pesé. En vérité, cela me faisait frémir plus que le danger de nos poursuivants.

* * *

Le courant devenant plus fort, on avait gréé les pirogues de voiles carrées, que le vent du sud-ouest tendait à craquer. Les quatre embarcations filaient sur l’eau grise, louvoyant çà et là pour éviter les hauts-fonds, les remous, les rochers à fleur d’eau qui rendaient périlleuse cette partie du fleuve.

Lire la suite

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 23

Et voici le deuxième chapitre du jour. Profitez-en! Comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 23 : Fuite dans la nuit

Je crois que je me suis évanoui à cet instant. Je n’ai aucun souvenir d’avoir quitté les lieux. Quand je revins à moi, j’avais encore dans les narines cette lourde odeur de sang. Elle semblait nous poursuivre comme un spectre à travers les marais.

Les pirogues avaient repris leur route en silence. Pas un souffle de vent sur le fleuve. La nuit paraissait éternelle, mortellement calme.

Le visage des Krobors était froid et morose. Ils avaient emporté le corps, enveloppé dans une couverture. Quoi qu’on racontât sur les mœurs de ce peuple, je savais qu’ils n’abandonnaient jamais un camarade, vivant ou mort.

Choqué, abruti de chagrin, je sentais les pensées tournoyer follement dans ma tête comme des oiseaux aveugles. J’étais prostré, recroquevillé sur moi-même. À travers mes larmes, je vis vaguement nos pirogues s’approcher de la rive nord et s’y immobiliser, dissimulées par les roseaux. On entendait un cavalier qui s’approchait au galop.

Lire la suite

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 22

Publication un peu plus tôt aujourd’hui: c’est parce qu’il y aura deux chapitres! Bonne lecture. Comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 22 : Les sauvages

Je partis à mon tour, mais pas seul. Baïran Syini m’accompagnait.

Sans son uniforme, le jeune Kna aurait pu passer lui aussi pour un chemineau. Ses habits civils étaient aussi minables que les miens, dépareillés, avec une grande déchirure sur le devant de la blouse, maladroitement raccommodée. Mince, décharné, il semblait fait uniquement de bras et de jambes, et l’on pouvait parier qu’il n’avait même pas fini de grandir.

Je souris en le dévisageant. Avec son air naïf, toujours un peu hébété, il paraissait tellement moins que ses seize ans ! Quant à moi, je n’avais jamais été très étoffé, et deux mois à la dure ne m’avaient guère laissé que la peau sur les os. Oui, Syini eût pu passer pour mon frère, quelque chat maigre de la même portée.

Laissant derrière nous la pénombre de l’écurie, nous nous sommes fondus dans la foule compacte de cette fin d’après-midi. Déjà des marchands repliaient leur étal, époussetant sacs et paniers vides, comptant leurs écus d’un air grave et absorbé. Les tavernes se remplissaient. Des maisons montaient d’appétissantes odeurs de poisson et d’herbes. La brise qui soufflait du fleuve amenait jusqu’à nous les cris des bateliers sur le départ.

Le départ ? Mon cœur se mit à battre à tout rompre. Si nous devions les manquer…

Mais quand nous arrivâmes sur le quai, je ravalai avec gratitude un profond soupir. Les Krobors étaient toujours là avec leurs pirogues noires. On eût presque pu croire qu’ils nous attendaient.

Lire la suite