Archives de Tag: droite

L’internationale des fachos se porte bien, merci

Si vous croyez encore que la hiérarchie du FN a la volonté de défendre une quelconque «identité nationale» franco-française, vous avez été bien eus. C’est un parti des plus internationalistes, en fait!

Les amitiés et références du deuxième parti français d’extrême-droite (ces jours-ci, l’UMP est le numéro un, désolée, mais faut pas se voiler la face, hein…) constituent un intéressant gotha du fachisme mondial: ultra-nationalistes flamands, néo-nazis autrichiens, extrême-droite japonaise (celle-là même qui organise tous les ans un pèlerinage au Yasukuni, symbole du passé militariste de l’Empire, et qui abrite la tombe de criminels de guerre de l’Axe – cette année, Le Pen et Gollnisch sont du voyage, quelle délicate attention), British National Front (abonné aux défaites électorales, comme quoi les Anglais ont peut-être quelque chose à nous apprendre) et même la famille de Sadam Hussein.

Plus de détails sur le blogue Droites extrêmes, tenu par deux journalistes du Monde, Abel Mestre et Caroline Monnot.

Le niveau de foutage de gueule dans les discours officiels du FN en ce moment est assez élevé pour dépasser deux ou trois Everest. «Patriotes de tous les pays, unissez-vous», vraiment? Vraiment? S’il y a une chose que l’on peut retenir de 5000 années d’histoire connue, c’est que les nations ne mettent jamais si bien d’accord que pour se faire la guerre…

Contre-modèle de gauche? Et si on repartait des bases…

Dommage que même des gens intelligents en viennent à opposer l’affaire Woerth et «l’insécurité» comme choses qui préoccupent les Français. Comme si c’était légitime. Les chiffres presque soviétiques d’un sondage de la Pravda, pardon, du Figaro, «veulent dire quelque chose», paraît-il. Et la gauche (qui, il faut l’avouer, réagit en désordre et donne l’impression d’être assez larguée) se voit reprocher de se voiler la face, d’avoir échoué, etc.

Quelques petits rappels:

1) La gauche n’est plus au pouvoir depuis 2002… Huit ans de gouvernement UMP et le sentiment d’insécurité est toujours plus fort? J’en connais qui devraient balayer devant leur porte.

2) Pendant ce temps, et ce d’après les propres chiffres de la police, les crimes de sang et les vols sont en diminution depuis plusieurs années en France. Et les auteurs des crimes les plus graves sont le plus souvent (combien de fois faudra-t-il le dire?) des proches des victimes. On est plus souvent assassiné(e), battu(e) ou violé(e) par un conjoint, un parent, un collègue, un voisin. (Et  les jeunes sont bien plus souvent victimes de violence que les vieux.) Mais la société dans son ensemble se civilise, se pacifie, n’en déplaise à ceux qui, au plus haut sommet de l’État, trouvent opportun d’attiser le catastrophisme. Peut-être est-ce justement pour cela que les crimes restants deviennent de plus en plus intolérables?

3) Les sondages ne sont pas un simple thermomètre de l’opinion, mais des outils pour la manipuler. Tout le monde le sait, mais trop de gens font comme si de rien n’était. Demander «Êtes-vous favorable au démantèlement des camps illégaux de Roms» et pas «Êtes-vous favorable à une sanction des préfets qui n’appliquent pas la loi du 5 juillet 2000 sur la construction des aires d’accueil», ce n’est pas neutre.

4) Pour revenir à l’étrange opposition de «l’insécurité» aux affaires Worth, Bettencourt, César, etc., sans parler de celle de Karachi: dire que les gens se préoccupent moins de la crapulerie d’État que de celle des voleurs à la tire, n’est-ce pas aussi reconnaître la tendance des citoyens lambda à baisser les bras devant une délinquance qui les dépasse, parce que ses auteurs sont trop haut placés pour la justice ordinaire? Et que faire des règles différentes pour des catégories de citoyens différentes – gens du voyages, Français d’origine étrangère – procède du même principe anti-démocratique et anti-républicain d’inégalité devant la loi que l’impunité dont bénéficient les ministres et les milliardaires.

5) La première des insécurités en France aujourd’hui, qui se double d’ailleurs d’une bonne dose d’inégalité, c’est l’insécurité économique. Je n’ai plus trop le courage ces jours-ci d’écouter les journaux de France Inter, mais heureusement que certains sur Twitter le font et rapportent des horreurs de ce genre:

@Vogelsong: Entendu sur #f_inter « 250 000 emplois détruits, mais bonne nouvelle l’interim se redresse » [5 août 2010, 19h10]

Voilà, quelques petites données de base sur la France de 2010 que la gauche ferait bien de reprendre à son compte. Ou à tout le moins d’essayer.

L’égalité de tous les citoyens devant la loi (un principe clef de la démocratie et de l’État de droit, que même le New York Times rappelle aujourd’hui à l’occupant de l’Élysée) et la responsabilité individuelle au lieu de la condamnation en vrac de catégories sociales ou ethniques en guise de boucs émissaires: voilà sur quoi les opposants à la politique racialiste et xénophobe du gouvernement devraient s’appuyer, s’ils veulent vraiment sortir de cette tendance fachistipète…

En attendant, on peut se préparer pour le rassemblement du 4 septembre 2010 contre la politique du pilori, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Cela se passe à 14h à Paris et dans d’autres villes de France, place de la République – cette République qui est la nôtre depuis un certain 4 septembre 1870, avec pour seule interruption celle du régime de Vichy. Tout un symbole.

Palabres presque véridiques à l’Élysée

[Avertissement: Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est un produit de votre imagination. Attaquez-vous vous-même en diffamation.]

Dans un recoin obscur du Château, les p’tits gars de l’UMP gambergent… (Et même les quelques nanas de service sont des p’tits gars, si elles parlent dans l’exercice de leurs fonctions électives dans le parti. Des sbires, quoi.)

Sarko: Bon, alors, et si ce dernier fumigène marche pas, on fait quoi? Les veaux de France vont pas nous suivre jusqu’à perpète! Surtout qu’on en a déjà usé pas mal, de bouquémissaires. Les jeunes, les noirs, les chômeurs, les téléchargeurs de fichiers, les musulmans, les Roms… Faut voir à trouver autre chose!

Woerth (avec un sourire perfide à son collègue Hortefeux): Les Auvergnats?

#Hortefail: Ah, non, tu vas pas encore me la reprocher, celle-là…

Sarko: La ferme, vous deux! Et magnez-vous plutôt les méninges, ou je vous botte le cul!

(En coulisse, on entend une voix mielleuse ressemblant curieusement à celle de Villepin: Et avec des talonnettes, ça fait mal… Il est rapidement étouffé et jeté sur le pavé hostile de l’avenue Saint-Honoré.)

Vanneste (plein d’espoir): On pourrait essayer les pédés, non?

Sarko: Débile, va! C’est trop tard, ça fait plus trembler grand-monde. Et puis ça nous ferait perdre les quelques soutiens d’artistocs qu’on a pu grappiller avec #Hadopi. Nan, faut trouver autre chose!

(Soudain, une sonnerie tintinnabule. Tout le monde cherche dans sa poche de pantalon, sauf les nanas, qui retournent leur sac à main. Quelqu’un finit par extirper un portable sur lequel s’affiche un texto de @NKM: «Pa touch A mes internets! Me fai dj assE traiter sur twittr com sa!» Sarko hausse les épaules et balance le pauvre appareil. Qui expire à grand fracas contre un lambris doré.)

Worth: Pff… Un nouveau bouquémissaire, c’est moins facile à trouver par ici que des évadés fiscaux.

Morano: T’en sais quelque chose, hein? Parce que c’est à cause de toi qu’on a du taf sur la planche aujourd’hui!

Woerth: Gromph, greumph… Tiens, j’ai une idée: si on tapait sur les femmes, pour changer?

Pécresse: Pour changer quoi, pignouf? Je fais ça tout le temps!

Dati et MAM (en chœur): Nous aussi!

Sarko (qui devient tout pâle): Ah ben non, alors! Je veux la paix dans mon ménage jusqu’en 2012, moi! Déjà que je dois me taper les paparazzi étrangers… Et non, je sais ce que vous allez dire: faut taper sur les journaleux. Laissez tomber, c’est déjà le B.A. BA de ma comm de base, la ficelle est usée. Et c’est moi qui le dit.

(Grattages de tignasses, remuements de pieds, raclements de gorges embarrassés. Les Rolex tictaquent joyeusement dans un silence épais.)

Soudain, la porte s’ouvre et Marine passe la tête dans la porte, malgré les huissiers bien embêtés. Et de lancer à la cantonade, avec un grand sourire:

— Alors, mes chéris, c’est quand que vous vous déciderez à mettre les youpins dans le collimateur? Si vous voulez vraiment récupérer les électeurs de cheux nous, vous savez ce qui vous reste à faire…

Sarko (en soupirant et en se passant la main sur le front): Nan, pas possible. Je t’aime bien, mais tu sais que j’ai trop utilisé le soutien du CRIF pour ça, ce serait suicidaire. C’est pour ça que je suis ici et pas ton père! Parce que je sais à quelle époque on est. Bande d’amateurs, va…

(Un ange passe. Et repasse.)

Fadela regarde Rama. Qui repasse le bébé à Fadela. Qui sourit nerveusement et essaie:

— Heu, patron, si au lieu de chercher des bouquémissaires pas trop usés, on essayait de gouverner un peu? Vous savez, avoir plus que l’air de s’occuper du chômage ou de la crise? Et ne pas donner qu’aux riches, parce qu’on a quand même été élus aussi par les francémoyens, faut pas l’oublier…

Sarko devient tout rouge, puis tout blanc, puis à nouveau tout rouge. Les veines palpitent sur ses tempes. Les p’tits gars de l’UMP reculent nerveusement, tout comme les huissiers de l’Élysée.

Finalement, il explose:

— Connasse! Incapable! Où tu crois que t’as mis les pieds, s’pèce d’idiote d’Arabe? Fous-moi le camp! Foutez tous le camp d’ici, vous me rendez malade! Dois tout faire tout seul, ici! Vous pendrai tous à un croc de boucher! RaaaaAAAAHH!!!

(Là s’arrête l’enregistrement, probablement inactivé par les ondes cérébrales surchauffées émises lors de cette épique colère. Les espions de Wikileaks Médiapart – chuuut, c’est un secret – qui ont récupéré l’appareil au péril de leur vie opinent que les échos en ont ébranlé suffisamment l’écorce terrestre pour que, par effet papillon interposé, une tempête de CO2 glacé fasse rage deux jours après sur la planète Mars. Ou quelque chose comme ça.)

L’affaire Bettencourt pour les nuls

Décidément, l’affaire Woerth/Bettencourt/Sarkozy (n’en jetez plus), c’est formidable. On y redécouvre le B.A. Ba de la politique: ben oui, la droite a plus d’argent que la gauche, parce qu’elle fait la politique des riches, qui ne se font pas prier pour la financer. Et @rrêt sur images, qui fait décidément bien les choses, a mis en accès libre ses deux dernières émissions (1 h chaque environ). Pour les ceusses qui veulent tout comprendre.

Si vous avez manqué un épisode, je recommande la lecture du résumé dans Partageons mon avis de dimanche. «C’est l’histoire d’une affaire», en effet. Et les scénarios qui en découlent ne sont pas hyper-encourageants.

Personnellement, cette déjà interminable fin de règne de Nic-la-Palisse sent furieusement le revenez-y des années Giscard. Un monde que les trentagénaires ne peuvent pas connaître: les affaires à tiroirs (pleins d’enveloppes aujourd’hui, naguère de diamants), la mainmise même pas discrète du pouvoir sur l’audio-visuel public, et jusqu’à la rhétorique incandescente des polémistes du RPR… oh, pardon, de l’UMP! Il y a trente ans, le mot-clef était «socialo-communistes» (et rappelez-vous, c’était du temps où l’Union soviétique n’avait pas encore rejoint la liste des espèces disparues). Aujourd’hui, le must, c’est une valeur sûre: trotskyste, voire trotsko-fachiste. Faut pas se gêner. Surtout si c’est pour taper sur la presse du Net, hein…

On vit vraiment une époque passionnante. Et pour certains, enrichissante.