Archives de Catégorie: Vracologie

The Dave Brubeck Quartet, « Take Five » (1966)

C’est idiot, la mort. Il y a tant d’artistes pour qui on n’aura jamais tant entendu parler qu’à cette occasion. Mais c’est déjà ça.

Tiens, au fait, ce qu’on sait peut-être moins chez nous, c’est que si Brubeck avait popularisé le jazz auprès du public blanc, dans les années 50, il refusait de jouer dans les lieux de spectacle pratiquaient la discrimination, ou les émissions de télé qui auraient mis le contrebassiste noir du quartette, Eugene Wright, hors champ.

Publicités

scienceabilly

J’ai fini de regarder la saison 6 de DEXTER, ce tueur en série attachant, qui travaille comme expert aux affaires criminelles de Miami.

« On s’en fout de ta vie! » me direz vous, aimable lecteur, et vous n’auriez pas tort, mais suivez mon chemin, tenez moi la main, je sais que là où je vous emmène ça vous plaira.

On peut résumer la série « Dexter » en quelques traits caractéristiques :

  1. c’est stressant, la dernière fois que j’ai regardé un épisode de DEXTER avant de m’endormir j’ai revé que l’on m’avait découpé les deux bras, heureusement on me les avait recousu à l’aide de mutiples points de sutures. J’avais alors pour seule consigne de ne point porter de charges lourdes. Mais la vie est mal faite, et toujours dans mon rêve, je devais déménager, j’étais stressée, mes potes mal garés, et puis tout le monde m’attendait dans le camion et cette caisse de…

View original post 1 131 mots de plus

Le maire de Bugarach en a un peu marre de ces histoires de fin du monde

Imaginez : une commune de 200 habitants, au près d’une petite montagne culminant à 1230 mètres, quelque part dans le sud de la France… mais célèbre un peu partout sur la planète comme présumé refuge contre la présumée fin du monde !

Photo : Bugarach, vue générale depuis le pic

Vous avez le bonjour de Bugarach (Aude), l’épicentre du « magnétisme positif » !

Du moins selon certains auteurs New Age et leurs fans… Les Bugarachois, eux, ne seraient pas contre l’afflux de touristes, la vente de souvenirs et autres, mais à un moment, trop, c’est trop. Le maire de Bugarach met en garde contre les casse-cous (l’alpinisme, ça ne s’improvise pas) ainsi que les profiteurs inventifs mais malhonnêtes qui vendent des cailloux du pic « authentiques » sur Internet.

Et s’il y a des drames, qui sera responsable ? D’autant qu’en plus des possibilités d’accident sur le pic, ou d’apocalypse organisée chez un groupe sectaire (« transition », paraît-il…),  il y a un lac (les baptêmes ésotériques ne mettent pas à l’abri de la noyade), plus un réseau de cavernes karstiques où peuvent se perdre mystiques et simples curieux.

Ajoutons au bouillon des histoires de trésor cathare enfoui, des rumeurs d’Arche d’Alliance (quoi, elle n’a pas déjà été trouvée par Indiana Jones ?) et d’activité OVNI (si c’est non identifié, comment on fait pour conclure qu’ils sont extraterrestres…) plus tout le roman sur la fin-du-monde-2012-prédite-par-les-Mayas… ou pas, vu qu’on trouve aussi dans leurs inscriptions des dates postérieures au 21 décembre. Ah zut. Et l’astronomie non plus n’a pas le bon goût de coopérer : pas de nouvelle planète en vue, de trou noir, de supernova, rien de rien.

Ça n’empêche pas les télés et autres de venir hanter le site. Il faut croire que Canal+ a dû déplacer beaucoup d’air (et espérer beaucoup des ventes du documentaires tourné à Bugarach) pour offrir aux habitants un an d’abonnement gratuit…

La mairie du 11e vous dit « Nyan! » (et bonne Fête nationale)

Ils ont osé? Glups. Les geeks sont partout, surtout à Paris… Voyez un peu ce que nous a concocté la mairie du 11e arrondissement comme visuel pour le traditionnel bal populaire du 13 juillet:

Capture d'écran: site de la mairie du Onzième, image de "nyan cat" avec bérêt, baguette et traînée tricolore

(Source: @jujusete, qui n’en est pas encore revenue. Moi non plus!)

Le « cerveau artificiel » de Google sait déjà trouver des vidéos de chats sur Internet

Dans le plus secret des labos de Google, des chercheurs en intelligence artificielle ont réussi à créer un « cerveau » électronique en reliant 16 000 micro-ordinateurs entre eux à l’aide d’un milliard de connexions, selon le modèle du réseau neuronal. Bref, un PC standard compte pour un neurone, ou au mieux un groupe de neurones… (Et encore, cela n’a permis de modéliser qu’une toute petite partie du cerveau humain, qui peut compter jusqu’à 100 milliards de ce type de cellules!)

Gif animé: le chat Maru avec une boîte en carton

Et quelles tâches ont permis à ce cerveau artificiel de faire ses premiers pas dans le traitement de données complexes? La reconnaissance de visages… mais pas seulement de visages humains.

À force d’analyser les flux de YouTube à jet continu, cette machine a ainsi réussi à passer une étape importante dans le domaine de l’intelligence artificielle: détecter des visages, des corps humains et même des faces félines sans qu’on lui montre d’abord des exemplaires de l’objet recherché. Bref, le système a élaboré de lui même les concepts de « visage » et de « chat » comme catégories pertinentes pour trier le contenu de YouTube…

Un parfait produit de la génération Internet, en somme.

(Source: Wired, via le blog de Greg Laden.)

Soudain, un tigre… (La vie des murs)

Hommage au graffeur inconnu qui, de la grisaille, fit surgir ceci:

Photo: tigre peint sur un mur

(Vu à Paris, 10e, à un pâté de maisons de l’hôpital Saint-Louis.)

Les Variations Goldberg en Creative Commons par Kimiko Ishizaka

C’est le bon plan de la journée, vu sur Boing Boing: amateurs de musique classique et en particulier de musique baroque, fans de Jean-Sébastien, ne manquons pas The Open Goldberg Variations, un enregistrement entièrement libre et gratuit à télécharger, utiliser et copier, puisqu’il est sous licence Creative Commons Zéro (domaine public)!

Comment est-ce possible? Avec la participation de beaucoup de monde, et à l’aide non seulement de la technologie, mais aussi de nouveaux concepts.

Le projet a été lancé par l’informaticien et fan de Bach Robert Douglass sur Kickstarter, et financé par le public (crowdfunding); la partition éditée et numérisée par Werner Schweer grâce au logiciel libre Musescore; puis la pianiste Kimiko Ishizaka a enregistré cette nouvelle version de l’une des plus célèbres œuvres de Bach sur piano Bösendorfer 190 Imperial, au studio Teldex de Berlin, et la production en a été assurée par la française québécoise (1) Anne-Marie Sylvestre. Enfin, les fichiers sonores sont hébergés dans le nuage avec Soundcloud.

Partition et enregistrement totalement libres et gratuits, d’accès aisé sur Internet: un bon plan pour les mélomanes, mais aussi pour les créateurs, les enseignants, les associations!

_____

(1) Voilà qui m’apprendra à ne pas penser trop hexagonal, la prochaine fois… 😉