Archives de Catégorie: Mauvais esprit TM

Pas de pitié pour les garçons manqués

Qui suis-je ? (Expo Persona, Musée du Quai-Branly)

C’est une vérité universellement reconnue que les ouvrages de littérature enfantine datant de plus de quarante ou cinquante ans laissent à désirer en matière de représentation des genres, et que tout parent avisé doit les prendre avec un grain de sel, voire en préserver ses enfants jusqu’à ce qu’ils aient atteint un âge moins impressionnable. Mais quand l’atteignent-ils, au fait ? Bien des adultes n’y sont pas encore arrivés.

Le passage du temps ne fait pas que rendre certains textes datés, cependant : il arrive qu’on ne parvienne plus, à la lueur de ce que nous croyons aujourd’hui savoir, ce que signifiaient des mots ou des expressions courantes il y a seulement quelques dizaines d’années. Et on en vient ainsi à effacer l’expérience vécue des gens qui s’en servaient.

Prenez l’expression « garçon manqué ». On l’a plus ou moins bannie du vocabulaire poli depuis quelques temps, mais on la rencontre encore dans les vieux bouquins, y compris pour enfants, s’ils n’ont pas été discrètement « adaptés », ou retraduits s’il s’agissait d’auteurs étrangers. L’un des cas les plus fameux pour les lectrices et lecteurs de mon âge se trouve dans la série Le Club des Cinq d’Enid Blyton (The Famous Five, en V.O.)

L’une des héroïnes de la série, on pourrait même dire le personnage central, en raison de son importance pour l’intrigue, est Claude (en anglais, George) qui ne veut pas qu’on l’appelle Claudine, son nom de baptême (Georgina, en anglais), déclare : « Je déteste être une fille » et prouve qu’elle peut courir, sauter, grimper aux arbres « aussi bien que les garçons ». Elle porte des pantalons et les cheveux courts, préfère explorer les bois et le littoral plutôt que de rester à la maison à broder ou jouer aux poupées. Bref, une gamine active, éveillée, qui se rebelle contre le rôle que la société assigne aux filles à son époque. Elle n’a pas évidemment le vocabulaire d’une féministe qui aurait fait des études de genre (qui viendront d’ailleurs après la parution de la plupart des textes de la série, commencée en 1941), mais elle sait ce qu’elle veut, et elle parvient à l’obtenir. Le terme de « garçon manqué » (en anglais « tomboy »), fréquent à l’époque pour désigner des filles dans son genre, ne prend pas sous la plume d’Enid Blyton de connotation négative : c’est juste un constat du peu de goût de son héroïne pour les rôles stéréotypés. L’auteure a d’ailleurs raconté avoir mis beaucoup d’elle-même dans ce personnage.

Rien d’autre, me direz-vous ? Pourtant on nous dit aujourd’hui que Claude est un exemple de personnage transgenre, ou du moins de transidentité, à utiliser pour apprendre aux enfants la tolérance…

On dit, oui. Certains chercheurs. Et cela s’appelle solliciter le texte. Pas dans un sens des plus productifs, tout bien considéré.

Une nuance importante à saisir est que George, ici, est un prénom ambigu (et la traduction Claude est tout à fait appropriée) : tout écolier anglais de l’époque d’Enid Blyton connaît la romancière George Eliot, nom de plume de Mary Ann Evans, monument de la littérature victorienne. Avec elle, plusieurs générations se sont habitués à dire « elle » pour une personne appelée George. Clin d’œil littéraire, comme celui consistant pour Enid Blyton à choisir le prénom d’une romancière qui a connu le succès sous un nom masculin, pour son personnage favori de « garçon manqué ».

Mais, me direz-vous encore, Claude déclare elle-même qu’elle n’aime pas être une fille ? Qu’elle aurait préféré être un garçon ?

Oui, mais que déteste-t-elle, au fond, quand on regarde l’ensemble du texte ? Ce que la société, et en grande partie sa famille, attend d’elle : qu’elle soit sage, polie, discrète comme sa cousine Annie, qu’elle se prépare à devenir une bonne ménagère et mère de famille, bref qu’elle soit là pour assister et aider les garçons, pas pour jouer le rôle principal. Bref elle rejette un rôle social, et la façon de se présenter (cheveux longs, robes) qui y est associée, bien plutôt qu’une identité. Pour le reste, et malgré ses accès d’humeur quand on veut la ramener aux stéréotypes, elle apparaît à travers le récit comme une personne bien dans sa peau : optimiste, pleine d’énergie, avec une estime de soi plutôt élevée. Ce n’est pas le portrait de quelqu’un qui se sent né avec la mauvaise identité, dans un corps qui n’est pas le sien.

Pourquoi insisté-je là-dessus ? Pourquoi ne pas laisser les universitaires décliner leurs gender studies à l’infini, si ça les intéresse ? (Et les occupe.)

Parce que pour la petite fille que j’étais, fin des années 70, début des années 80, ça a compté d’avoir des livres mettant en scène une fille qui rejetait les attributs extérieurs de la féminité, et à qui cela réussissait. Car malgré des moqueries, la famille et les amis de Claude l’acceptent à peu près telle qu’elle est, et les romans la montrent s’accomplissant au travers de diverses aventures et vivant selon ses goûts. Bref, un modèle positif pour une petite fille qui n’aimait pas le rose et ne souhaitait surtout pas rester cantonnée aux rôles secondaires. C’était relativement rare à l’époque : les filles, dans les livres pour enfants, étaient soit très mignonnes (raté pour moi, je n’étais pas jolie ni gracile ni douce), soit des garçons manqués qui apprendraient avant la fin du récit à exprimer leur féminité, par exemple en s’occupant d’un bébé ou d’un malade. Tout un message, en somme. Claude du Club des Cinq, à côté, c’était une bouffée d’air frais.

Ce que j’entends, désormais, dans la tentative de faire d’elle « en réalité » un garçon trans, c’est qu’il n’y a pas d’espace dans un tel monde pour les filles qui ne rentrent pas dans un rôle stéréotypé. Soit elles portent des robes, du rose et du maquillage, soit ce sont des garçons. J’imagine que ce doit être aussi désespérant côté garçon : soit tu es macho, soit tu es une fille.

Au fait, à quoi servent les études de genre si c’est pour aboutir au même résultat que les clichés d’il y a quarante, cinquante ans, ou plus ? Bonne question. Mais je ne suis pas fâchée d’être née trop tôt pour cela.

Le #RUMP dans l’histoire : bégaiement ou prémonition ?

Ne dites plus que François Fillon est de l’UMP, il est parti avec ses petits camarades créer le R-UMP, abréviation de Rassemblement-UMP – oui, oui, malgré toutes ces divisions – mais aussitôt rebaptisé dans un grand éclat de rire le « RUMP« … Et comme nous le rappelle aimablement @GallicaBnF, il  y a même un précédent historique :

"RUMP, en anglais croupion, surnom par lequel les Anglais désignèrent les débris du parlement de Cromwell... il ne dura qu'un an et fut dissout violemment"

Extrait de L’Encyclopédie du 19e siècle, consultation sur Gallica.bnf.fr

Plus près de nous, François Mitterand utilisa cette expression de « parlement croupion » dans son livre Le Coup d’État permanent, pour désigner celui qui obligea le général de Gaulle à se retirer à Colombey, sous la IVe République.

Bref, pas seulement une histoire de fesses… À moins que l’on n’invite Mme Stallone mère pour lire l’avenir de ce nouveau parti dans la « rumpologie » ?

Les films français pas téléchargés? À la place de Gaumont et Co., je serais embêtée

Zut, alors! Où va-t-on si nos cinéastes et producteurs nationaux se réjouissent que les internautes s’intéressent si peu aux films du cru qu’ils ne prennent même pas la peine de les télécharger? Et pourtant, c’est ce dont le rapport financier annuel de Gaumont se vante:

« Entre le 15/05 et le 15/12/11, aucun film français téléchargé sur le Web » (Cf. PC INpact)

Bonjour le « rayonnement » de la culture française. Et quid de l’intérêt des artistes – et des entreprises de l’industrie culturelle? On a encore vu ce mois-ci une énième étude montrant un lien entre le « piratage » en ligne et le succès commercial des œuvres. Plus les gens sont curieux à propos d’un nouveau titre, plus ils sont nombreux à chercher à jeter un œil et/ou une oreille dessus, même avant sa sortie. Et de créer le buzz. Et de susciter encore plus de curiosité, donc de clients potentiels… Faut-il continuer?

Détail qui tue: vu que le rapport affirme aussi qu’un internaute flashé par l’Hadopi a commis une « contrefaçon », alors que le délit n’est pas encore avéré, faute de procédure ayant abouti et d’avis des tribunaux… et que de toute façon il s’agirait alors d’un « défaut de sécurisation » de la connexion Internet…

On se dit que ce n’est pas très sérieux, tout ça. Et qu’à la place des actionnaires de Gaumont, Pathé et consorts, on se poserait quelques petites questions.

Juste une idée, comme ça… 😉

Le royalisme, c’est tellement plus sexy vu d’une république

Il est mignon, le Lorànt Deutsch, « royaliste de gauche » (?) auto-proclamé. Clovis, Jeanne d’Arc, le vase de Soissons et tout ça… Les rois-qui-ont-fait-la-France, vous savez (tout seuls, avec leurs petits bras). Et qui étaient forcément de petits saints, vilement calomniés par les méchants révolutionnaires au couteau entre les dents. Un bric-à-brac tenant plus du conte de fées que de l’histoire… mais c’est sans doute ça qui fait vendre!

(Au fond, à quoi bon s’échiner à faire dans le sérieux, le fait historique, le travail de fond, quand ce que le public veut, c’est du rêve? Hmm? Les éditeurs feraient aussi bien de créer la catégorie « para-histoire », comme il y a la parapsychologie.)

Lolcat: "Fail - u r doin it right"

Mais il oublie juste deux ou trois trucs. Par exemple, que ce concordat qu’il appelle de ses vœux, il existe encore en France: en Alsace-Moselle, dans les anciens territoires annexés par l’Allemagne après la guerre de 1870, donc qui n’avaient pas connu les débuts de la IIIe République. Et où les dispositions de la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’État ne s’appliquent pas. Oh, cette cruelle République forçant tous les particularismes locaux historiques à s’effacer devant son rouleau compresseur… Euh. Oups. J’m’ai trompé, là.

Et surtout que dans son cher Ancien Régime, il n’aurait été, lui, qu’un vil manant.

Bah. Qui sait? Pour un masochiste, ce pourrait être le paradis.

Sarko avait été réélu par les voyants (pour la fin du monde, on est tranquilles)

Le coup d’œil dans le rétro, c’est parfois mortel pour les extralucides. En février dernier, au 26e Salon du Parapsy, voyants et médiums divers prédisaient la réélection du futur ex-président le 6 mai, « malgré les sondages », et même que c’était « sûr à 100%! » (Merci à @JMAbrassart pour avoir déniché ce beau moment de presse Figaro… et de rigolade.)

Bon, bon, bon. Au moins, en ce qui concerne décembre 2012, je crois qu’on n’a pas trop à s’en faire, hein?