Le jour d’après

Ils étaient blessés,

Ils se sont relevés,

Et pour ne pas désespérer

Ils mirent des drapeaux colorés, flottant à leurs fenêtres.

 

Puis le temps a passé.

Tout à recommencé.

Entre les larmes et les cris

Cette fois, ceux qui se relevèrent mirent à leurs drapeaux un pan de crêpe noir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s