La démocratie, le journalisme et les insiders

IMG_20160704_172725

Scruter ceux qui scrutent. 

Parmi les critiques actuelles du journalisme politique, certaines proviennent du public, d’autres des politiques, et enfin il y a les mises en garde qui émanent du monde médiatique lui-même. Jay Rosen, professeur de journalisme à l’Université de New York, a ainsi souvent pointé la tendance des reporters et commentateurs à traiter les campagnes électorales comme des compétitions sportives, avec des accroches et des angles du type « X peut-elle encore l’emporter » ou « quelle est la tactique de Y » plutôt que des articles sur le programme des candidats ou ce que leur carrière révèle de leurs capacités.

Le « journalisme de course hippique » (ainsi qu’on l’a aussi nommé chez nous) est séduisant pour les journalistes – plus ou moins consciemment – pour diverses raisons. D’abord, comme les courses et matchs auxquels on le compare, cela rend la couverture de la campagne plus immédiatement dramatique : il y a des rebondissements au jour le jour, même si au fond les candidats ne disent ni ne font rien de neuf. Et rien de tel qu’une bouchée de « nouveauté » (même apparente) chaque jour pour inciter les gens à acheter le journal, ne pas zapper le journal télé, cliquer sur le lien et le partager sur les réseaux sociaux. Bref, c’est bon pour le business du groupe média, c’est bon pour la carrière des journalistes.

Mais il y a plus. Comme l’explique Jay Rosen, couvrir une campagne électorale sous l’angle quasi-exclusif de la tactique (et non des programmes des candidats) met le journaliste en position d’insider, de personne dans le secret des Dieux. C’est flatteur pour l’ego. C’est aussi une façon de rehausser l’importance de ses reportages au yeux du public – et de ses employeurs.

Les campagnes électorales ordinaires sont déjà une chose assez sérieuse, mettant en jeu l’économie du pays, les options en matière d’énergie, de sécurité, de santé, d’éducation, que sais-je. Demandez aux Britanniques, ces derniers temps ! Mais les politiques sont aussi parfois impliqués dans des affaires telles que des guerres, avec des résultats plus ou moins désastreux. L’Australien Tim Dunlop en offre ici un exemple. La publication du rapport Chilcot, sur l’implication britannique dans la guerre en Irak, a fait des vagues aussi dans ce pays du Commonwealth dont le premier ministre d’alors, John Howard, avait pris les même position que Tony Blair. Mais, comme le note Dunlop avec consternation, l’un des plus importants journalistes australiens qui suivait la remise de ce rapport aux parlementaires et twittait en direct n’en a pas profité pour rappeler le contexte ou les enjeux de la décision… mais s’est concentré sur la façon dont Howard réagissait aux critiques : positif, combatif, etc.

Cette façon de commenter depuis une position d’insider (réelle ou supposée, peu importe au fond) contribue à creuser le fossé entre le peuple et ce que les démagogues appellent avec une bonne dose de mauvaise foi la « classe médiatico-politique » – comme si les journalistes n’étaient pas, vis-à-vis des politiques, tout comme nous en position de consommateurs.

Mais c’est un problème réel. Comme dit un personnage de Lois McMaster Bujold : « Il ne suffit pas d’être intègre, il faut aussi le montrer. » Les journalistes qui veulent sérieusement faire leur métier pourraient faire pire que de reconsidérer le journalisme de course hippique. Pas seulement parce que cela mine la démocratie. Mais aussi parce que cela mine leur propre crédibilité. Les clics sont volatils, on le sait !

Il n’est pas toujours possible de concilier l’intérêt commun avec son propre intérêt bien compris, mais ici, c’est le cas. Les gens veulent être informés. S’il n’y a que des comptes-rendus de courses électorales à se mettre sous la dent, c’est ce que l’on consommera. Mais c’est une nourriture creuse et qui ne rassasie pas. Tôt ou tard, on ira voir ailleurs. Pire : si la plupart des grands médias (le mainstream) font tous la course à l’audience avec chacun sa pépite sur la préparation des candidats à la course, et comment Machin réagit au croc-en-jambe de Truc, la tendance naturelle sera de penser qu’on nous amuse pendant que les vraies décisions se prennent ailleurs. Et bientôt les mêmes médias de se pencher gravement sur le mystérieux attrait des théories conspirationnistes.

Les gens ne sont pas stupides, on aurait tort de l’oublier. Même quand ils tirent des conclusions erronées, ils sont très capables de détecter quand on les prend pour des imbéciles. Ce qui veut dire inversement que lorsque on dit des choses qui font sens, les gens le remarquent aussi. Et si on veut agir concrètement pour la démocratie, dans ce pays où ailleurs, on peut commencer par considérer la façon dont on parle, écrit ou twitte. Les mots ont un sens. Les actions ont des conséquences. Un politique qui choisit de se présenter choisit de se présenter – inutile d’ajouter des supputations sur ses motivations intimes, auxquelles on n’a de toute façon pas accès. En revanche, il est plus facile que jamais de faire du fact-checking, il suffit de googler ce que la personne a dit ou fait dans les 5 ou 10 ans passés…

Certes, un journalisme plus factuel risque de chagriner un peu les politiques. Si l’on n’a rien de neuf à dire, il est si facile d’occuper le terrain médiatique avec des bavardages sur la façon dont on fait campagne, ouh là là ma bonne dame, il est chaud bouillant, le candidat, c’est sûr qu’il va marquer – pardon, se faire élire. Mais il y a une chose qui s’appelle le prix à payer. La démocratie, c’est comme tout, cela coûte. Et en particulier, cela demande d’autant plus d’efforts qu’on veut en tirer soi-même de bénéfices en terme d’élection, de pouvoir, et même parfois de place dans l’Histoire.

Et l’on retrouve Tony Blair. On peut être le premier ministre anglais qui scelle enfin la paix en Irlande du Nord, et aussi celui qui entraîne le pays dans une guerre effroyable au Moyen-Orient. Un seul homme, plusieurs storytellings possibles. Le rôle des vrais journalistes, dans un tel cas, est de montrer la complexité du réel, pas de la gommer en supposant à tort que le public ne comprendra pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s