Laïcité : le pape n’est pas notre ami

Qu’on se le dise : le Vatican lance une énième opération de communication. Cette fois, la cible est la France. L’arme ? La laïcité.

Cela semble presque trop beau : la France invitée à « plus de laïcité », de la part du chef de l’Église catholique ? N’importe quoi, non ? Mais, en y regardant de près, on découvre sa logique : redéfinirla laïcité pour l’expurger de toute référence aux Lumières (qu’il faudrait « dépasser », toujours selon le Vatican) pour en faire au contraire l’expression d’une rencontre des diverses formes de foi. Pardon, de « transcendance » ! Puisque, par un autre tour de passe-passe rhétorique, l’Église s’applique à confondre le fait religieux et l’objet de la foi, bref à utiliser le fait que des gens croient pour poser la réalité du « transcendant ». Bref, pour un peu, la laïcité serait indistinguable de l’œcuménisme…

C’est donc dans ce sens très particulier que la France et les Français sont invités à être un pays « vraiment laïque ».

Certes, la recette n’est pas neuve : c’était déjà celle de l’Observatoire national de la laïcité sous la houlette de Jean-Louis Bianco. C’est celle de l’association Coexister, qui travaille étroitement avec cet observatoire et signe des pétitions avec eux – et avec des islamistes. Tous prennent le mot laïcité et le vident le plus possible de son sens, jusqu’à pouvoir faire rentrer tout ce qu’on veut dans la coquille vide : dialogue des religions, pourquoi pas ? Voire liberté de religion amputée de la liberté de conscience – puisque les « droits » sont reconnus à des communautés, non à des individus. Ainsi les revendications communautaires (voile dans l’espace public, produits halal, etc.) sont-elles présentées comme des impératifs religieux indiscutables, même quand elles font l’objet de débats parmi les théologiens. Une certaine pratique religieuse, nettement conservatrice, est ainsi validée comme « la » norme de la religion, avec la collaboration plus ou moins consciente des activistes du multiculturel et du dialogue des religions.

Le pape François, comme ses prédécesseurs Benoît et Jean-Paul, adore ces rencontres des spiritualités. En janvier 2015, après la fusillade sanglante à Charlie Hebdo, ce pape qui cherche volontiers à de faire passer pour « moderne » ne perdit pas de temps pour dire qu’au fond, avec leurs blasphèmes, les victimes l’avaient bien cherché. Protéger les religions de la liberté et de la modernité, c’est sacré.

Faut-il que la laïcité à la française lui semble encore dangereuse pour qu’il lance dessus une telle OPA ! Et faut-il que le groupe de catholiques du PS qui l’y a invité (les « Poissons roses ») soit désemparé pour jouer la carte de l’ultramontanisme, en 2016…

N’en déplaise au pape et à tous ceux qui font de la religion un business, la laïcité est bel et bien fille des Lumières, de l’humanisme, de la progressive relégation des religions dans la sphère privée, pour le plus grand bien des sociétés où elle a cours. Bref, ce n’est pas un bug, c’est une partie du logiciel ! Comme l’écrivait Kant« Les Lumières, c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. […] Sapere aude ! Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! »

Penser par soi-même, et non suivre la houlette d’un pape, ouléma ou gourou, voilà qui serait presque révolutionnaire, en effet !

(Également publié sur le site LaïcArt.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s