Du steampunk chez Verlaine

Qui a étudié au collège le poème « Charleroi », issu des Romances sans paroles, de Paul Verlaine ? Allez, je me dénonce… Mais qui a remarqué combien le rythme haché, haletant, et l’imagerie à la fois gothique et agressivement moderne du texte, s’accordent à merveille avec les thèmes et l’esthétique d’un steampunk grand cru ?

CHARLEROI

Dans l’herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Quoi donc se sent ?
L’avoine siffle.
Un buisson gifle
L’œil au passant.

Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges !

On sent donc quoi ?
Des gares tonnent,
Les yeux s’étonnent,
Où Charleroi ?

Parfums sinistres !
Qu’est-ce que c’est ?
Quoi bruissait
Comme des sistres ?

Sites brutaux !
Oh ! votre haleine,
Sueur humaine,
Cris des métaux !

Dans l’herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.

Paul Verlaine

"I remember the future" (haut-fourneau en Belgique, photo de Stéphane Gaudry, Creative Commons 2.0)

« I remember the future » (haut-fourneau en Belgique, photo de Stéphane Gaudry, Creative Commons 2.0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s