Pourquoi je blogue sous nom de plume

Entre autres choses, parce que je veux pouvoir mettre une cloison entre mes employeurs et moi-même; et, lorsque je dis ce que je pense, ne pas risquer de perdre mon job.

Histoire par exemple d’éviter le genre de mésaventure qui vient d’arriver à un épidémiologiste américain (qu’on ne désignera ici, pour ne pas lui causer plus d’ennuis, que [correction suite au dernier billet de Liz Ditz] sous l’étiquette de Mr. Epi, et l’affaire en question, #EpiGate) dont le « vrai nom » figurait sur son blog et sa page Twitter, et qui travaille dans un département de santé publique. Là-bas aussi, il y a une sorte de devoir de réserve pour les “civil servants”… Et son employeur vient de lui signifier qu’il devait choisir entre cesser son activité en ligne de critique des pseudo-sciences (et notamment d’un sujet très sérieux sur le plan de la santé publique, les mouvements anti-vaccination, sur lequel ce blogueur était capable de parler en toute connaissance de cause) – ou bien perdre son emploi.

Ils auraient été soumis à des pressions juridiques, notamment de la part d’un individu qui a revendiqué lui-même avoir œuvré à faire taire le blogueur. Ce charmant fauteur de harcèlement en ligne serait un certain Rhett S. Daniels, entrepreneur dans l’industrie pharmaceutique et (tiens, tiens!) activiste anti-vaccins, qui semble un peu moins fier maintenant que le projecteur commence à se braquer sur lui…

Après s’être vanté d’avoir employé son argent et ses avocats pour faire pression sur un blogueur indépendant, et proféré des menaces contre d’autres blogueurs sceptiques et scientifiques (oui, jusqu’à des menaces contre leur famille), il s’est mis depuis quelques jours à tenter d’effacer son activité en ligne sur Facebook et autres sites… Oh, comme c’est embarrassant, n’est-ce pas!

Entre parenthèses, voilà un nouvel exemple de l’importance du pseudonymat pour une vraie liberté d’expression… Et une triste illustration du genre de choses que la politique des « vrais noms » de Google+, Facebook ou encore Science Blogs ne peut que favoriser.

Ironie du sort, le blogueur qui doit ici se taire a été victime d’une absence de pseudonymes, et son harceleur tout autant. La différence réside dans les moyens d’action. Le second a l’avantage sur le plan du poids économique… Mais ce genre de chose ne compte guère, voire peut se retourner sur vous, devant le tribunal de l’opinion publique.

C’est aussi, incidemment, une impeccable réfutation de la trop rebattue G.I.F.T., n’est-ce pas…

En revanche, une identité en ligne distincte de l’identité légale (familiale, professionnelle, etc.) mais cohérente, soutenue sur le long terme, et utilisée de façon responsable, est aussi « réelle » et fiable qu’un « vrai nom ». Bref, et si on essayait un nouveau théorème, hmm?

Pseudonyme + temps (en Années) + Responsabilité = Fiabilité (d’Après InterneT).

Ou, en abrégé, P.A.R.F.A.I.T. (1)

(Je sais, je sais, il faut un peu bidouiller pour arriver au résultat. Mais c’est en accord avec la tradition de s’amuser avec les acronymes, n’est-ce pas?)

____

(1) Et en anglais, on pourrait dire, heu… ‘Nym + Years + Consistency = Kudos? N.I.C.K. is not much one for G.I.F.T. but he’s a real useful guy to have with you online.😉

6 réponses à “Pourquoi je blogue sous nom de plume

  1. Bonjour

    Je suis tout à fait d’accord.

    Je blogue et twitte sous pseudonyme (acronyme aussi ;0).

    Je suis cohérent, j’exprime les même idées dans ma vie personnelles et, en faisant normalement attention, dans ma vie professionnelle, que sur mon blog ou mon compte twitter.

    Et je crois avoir été cohérent sur la durée, depuis bientôt 5 ans que je blogue ;0)

    Mais j’estime avoir le droit de choisir à qui et comment je m’adresse dans ma vie personnelle et professionnelle sans qu’on sache forcément ce que j’ai raconté sur mon blog.

    Et si jamais j’y faisais des choses illégales (pas envie mais …), la police et la justice sont parfaitement capable de me trouver en cas de besoin.

    Et par ailleurs, je blogue, twitte et facebouque sous mon vrai nom dans ma vie professionnelle, « es qualité » comme on dit.

    Voilà.

    Je n’irai donc pas chez Google+ tant qu’ils auront cette politique stupide à tendance totalitaire ( et surtout totalement mercantile).

    Paz y Salud !

    Zgur_

  2. J’y retrouve beaucoup de raisons faisant que j’ai attendu la fin de ma soutenance pour bloguer (dans un petit billet vulgarisateur en plus…) mon sujet de thèse !

  3. @ Ouh là, et tu utilises le vrai maintenant? Intrépide!😉

    @ Zgur: Au fait, Facebook aussi a une politique des « vrais noms ». Il y a eu des cas de gens effacés pour ce prétexte, mais de façon moins concentrée que ce qui s’est passé avec Google+, d’où le regain d’attention. Et FB a probablement trop de clients pour les vérifier tous, ce qui fait qu’on peut créer la page FB de son chat – ou de la mascotte en peluche d’une maison d’édition!

    Le pire, c’est que même en étant capitaliste, ils pourraient se faire de l’argent avec les identités en ligne… La vente de fichiers de données utilisateurs contient les adresses emails, par exemple, ou des mots-clefs qui font d’excellents Adwords. Je ne mets jamais mon identité réelle sur les réseaux sociaux, mais j’ai un courrier de spams on ne peut plus conséquent sur mon adresse Gmail et via ce blog! Mais certains commentateurs voient une logique implacable derrière tout ça: Google et Facebook peuvent rendre leurs réseaux sociaux bien plus profitables si les identités en ligne sont liées aux moyens de paiements, eux-mêmes liés aux noms légaux des gens, et en particulier aux profil bancaire, « credit rating », et tout ça… Les gens qui achètent des données utilisateurs à G+ et FB cherchent des infos sur le comportement d’acheteur des gens, sur leurs capacités à s’endetter, leurs besoins en assurances, etc. On notera que les spams qui ne sont pas liés à la vente de \/i@gr@ ou aux arnaques nigérianes ont souvent quelque part le mot « credit » dedant…
    Cf. Tiger Beatdown:
    http://tigerbeatdown.com/2011/08/03/the-google-nymwars-where-identity-and-capitalism-collide/

  4. Je fais parti des personnes ciblées par ce remarquable personnage, qui serait en fait un fabriqant de vitamines génériques sous licence et semble également souffrir de délusions.

    Si cela vous intéresse, je tenterai de mieux expliquer ce qui s’est passé sur mon blog francophone demain. Le problème d’harcèlement concernait une personne aux Etats-Unis, et j’ai donc passé une grande partie de ma journée d’aujourd’hui à essayer de calmer les ardeurs ad hominemesques de certains bloggeurs anglophones, mais il est vrai quil y a deux facettes de l’affaire qui concerne aussi les français: le harcèlement des bloggeurs pro-science par un vendeur de produits dits complémentaires ou alternatifs (au hasard : http://terrassecafe.wordpress.com/2011/08/16/les-labos-boiron-sattaquent-a-un-bloggeur-italien/), et le problème de l’anonymat que certain(e)s peuvent vouloir garder pour différentes raisons.

  5. Hé hé

    En fait le nom de mon compte facebouque professionnel n’est pas mon nom, même si je m’y exprime sous mon nom. ;0)

    Mais c’est vrai que ce qui les intéresse c’est avant tout le lien. Le entre nom, email et connaissances bancaires qui leur permet de valider (automatiquement, sinon ça leur coûterait trop cher) et de valoriser leurs fichiers de données personnelles

    Raison de plus de véroler au maximum leurs données et leurs fichiers, avec des doublons, de données fausses, des données difficiles (ou chères) à lier, entre elles.

    Donc en plus de ne pas souvent mettre mon vrai nom sur le net, je met exprès des fautes d’orthographe dans mon nom ou mon prénom ou mon adresse dans toute demande de ces données dans un ficher. Il m’est arrivé ainsi de tracer la vente de mes coordonnées (contenant une faute bien particulière).

    Je considère qu’il s’agit d’une simple autodéfense contre cette intrusion. Sans doute peu et de toute façon pas assez efficace, mais il faut faire en sorte que la validation de leur fichier leur coûte le plus cher possible. il n’y a que ça qu’ils comprennent vraiment.

    Arf !

    Zgur_

  6. Bonsoir.

    Votre billet…me fait réfléchir. Je vais probablement « délier » mes infos sur mon blog, de mon identité. Ok, un stalker avide de archive-web.org arrivera à tout, y compris croiser les données, mais je devrais être tranquille pour les risques les plus courants disons.

    Et encore merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s