Archives quotidiennes : 19 juillet 2011

Encore quelques mots…

Justes quelques uns, parce que je suis toujours en train de travailler sur… un travail en cours.

— Es-tu vraiment sûr de ce que tu vas faire, Yenshaya ? Tu ne connais pas la capitale, ni le pouvoir qu’y tiennent les Noldaïs…

Pourquoi y revenir ? Mon cousin me contemplait d’un visage inquiet. Je réprimai un mouvement d’humeur. Comment expliquer ? Sans me retourner, je murmurai :

— Quand je ferme les yeux, je peux revoir tout cela, Neïri. Je me retrouve à Kalad-Angti, et je peux revoir tout comme si j’y étais…

Et sentir, aurais-je pu ajouter ; sentir la fumée, mêlée à cette odeur reconnaissable entre toutes de chair et d’os calcinés. Je marchais à nouveau dans ces rues dévastées, ces cours au sol détrempé de sang. Je pouvais entendre le silence, aussi. Un silence de mort. Il y avait un tel silence parmi ces ruines…

Après un bref instant, je réussis à me secouer. J’étais ici pour une raison bien précise. Et je n’allais pas me laisser dévier.

Néreïssin secoua la tête tristement. Je me contentai de sourire.

(La suite… Plus tard.)

Moles are very strange vertebrates

Extra fingers don’t come out of nowhere, even when they have adaptive value.

These days in the news, we have an interesting example of the way inherited sets of genes and body plans limit the options for adaptation: the mystery of the mole’s second thumb. Short version: some moles (genus Talpa) have a second « thumb » on their forelimbs, which is one more digit than other modern vertebrates – an oddity in need of explanation.

But biologist Christian Mitgutsch, from Zurich, and colleagues, have shown that, just like what happened in the famous case of the panda’s thumb, these mole species have evolved their supplementary digit out of a wrist bone, and the result is a large six-finger « hand » very efficient for digging, indeed.

It’s also one of many examples of something this recent post by P. Z. Myers on aliens touches on: the idea that a good look at how evolution works here on Earth should give pause to science-fiction writers, film-makers and designers… Before they imagine life on alien planets too much like ours, let them see how different adaptive solutions already crop up among the multitude of living forms on our home planet!