Archives quotidiennes : 30 décembre 2010

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 17

Problèmes d’Internet en série, ce soir… L’ordinateur et le FAI se sont ligués pour me casser les pieds, on dirait! Mais ce n’est pas ça qui m’empêchera de poster un chapitre ce soir. Non, mais.

Et comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 17 : Au fil de l’eau

La barque de roseaux glissait silencieusement sur l’eau noire. Le mince croissant de la première lune bordait de cernes d’argent les rides qui naissaient de l’étrave. Tzennkald ramait lentement, sans à-coups, plongeant sa pagaie d’un mouvement souple et la relevant doucement, sans la sortir tout à fait de l’eau. Ainsi avons-nous pris secrètement la direction de la rivière, quittant le village sans un bruit, sans témoins.

Neïvrann, notre hôtesse d’un jour, nous avait fourni des vivres en surcroît du peu qui nous restait : surtout des fruits secs, noix et noisettes, prunes et abricots ; avec quelques galettes et du poisson séché, fumé au-dessus de l’âtre, comme c’est la coutume en ces régions.

Pour compléter les préparatifs, Tzennkald avait rempli sa gourde au puits, dédaignant l’eau brunâtre de la rivière. Il fit de même avec une outre, cadeau de Neïvrann. Il m’avait sans un mot lancé la gourde et calé l’outre au fond de la barque. Le temps pour lui de chuchoter un dernier mot d’adieu à la femme-montagne, et bientôt nous fûmes partis, poussant à l’eau sans encombre la légère embarcation. Nous avons mis à la rame en silence, laissant derrière nous le village endormi.

Lire la suite

Première neige pour… trois tigres de Sibérie

Parce que certains jours, on a tous besoin de vidéos débordantes à ras bords de l’élément adorable

Les bambins sont de jeunes Tigres de l’Amour (alias Tigres de Sibérie) nés au zoo du Bronx, à New York, et qui découvrent la neige pour la première fois.

Commentaire du biologiste Jerry Coyne (du blogue Why Evolution Is True, où j’ai piqué – sans vergogne aucune – cette vidéo): cette variété de tigre a manifestement développé au cours de son évolution les gènes nécessaires pour bien tolérer la neige… mais pas les gènes pour en avoir une connaissance innée! Et ces trois-là font comme tous les bébés mammifères du monde: ils jouent avec la nouveauté afin de mieux l’explorer.