Archives quotidiennes : 24 décembre 2010

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 11

Tiens, vous êtes devant votre ordinateur ce soir? Peut-être que vous n’êtes pas chrétien (même de façon vague et purement sentimentale, comme la plupart des occidentaux…) et refusez de fêter Noël? Pas de Yule ou Festivus païen non plus? À moins que dans votre pays, ce ne soit pas la coutume de réveillonner le 24.

Ou bien encore vous êtes un(e) solitaire endurci(e) doublé(e) d’un geek – si c’est le cas, on est deux!

Et dans ce cas, voici un petit cadeau, un nouveau chapitre de L’Héritier du Tigre. Comme toujours, ce texte est gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation.

Rappelons que pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller par exemple DotEpub, très simple et gratuit. (Si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, c’est par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 11 : Le piège

Dents de glace, dents de roc,

Dents aiguës et acérées :

Les montagnes se découpent

Sur la pureté du ciel.

Namaïri Neïman Yishari

Shalinka ! La terre du Tigre rouge — rouge comme le sang. Je n’y étais pas né, je ne l’avais même jamais vue, mais ce fut soudain comme si un autre sang coulait dans mes veines, plus ancien et plus chaud. Un rythme lent et sourd battit à mes oreilles, comme les tambours d’une immense armée. Pour chaque génération qui me séparait du fondateur de notre famille, il y a des siècles de cela, il me sembla un instant que dix têtes blanches se tournaient vers moi, le dernier et le plus jeune du clan. Que voulaient-ils me dire ?

Puis cet étrange moment disparut et il n’y eut plus que le vent froid sur la pierre, la route tortueuse, le grincement des harnais et le souffle puissant des chevaux.

Lire la suite

Publicités

De la neige à Noël? Dites merci au réchauffement climatique…

Et non, ce n’est pas une blague. Mais – très probablement – la conséquence d’un phénomène de physique bien connu: plus de réchauffement (du globe) conduit à plus d’évaporation (des mers), qui entraîne à son tour plus de précipitations (d’eau ou de neige selon la température locale).

C’est aussi une bonne occasion de rappeler la différence entre climat (sur de longues périodes, avec fluctuations) et météo (localisée dans l’espace et le temps).

Non seulement la tendance globale au réchauffement sur plus de 50 ans n’empêche pas des cycles avec des hauts et des bas – et c’est ainsi que pour l’année 2010, un hiver arctique dans l’hémisphère nord succède à 9 mois particulièrement chauds (voir une interview de Patrick Galois, de Météo France) – mais le fait que le globe se réchauffe conduit en soi à une tendance à l’augmentation de l’humidité présente dans l’atmosphère.

Si on se rappelle un peu le programme de sciences du primaire, on sait que la neige est de l’eau cristallisée, et qu’une chute de neige n’est pas forcément un signe de grand froid, mais que c’est ce qui se passe quand l’air contient suffisamment d’eau (en termes techniques, on parle de sursaturation) et que la température locale descend à zéro ou au-dessous.

Je simplifie, bien sûr, mais vous voyez le principe…

Pour les amateurs de science-fiction, je signale que John Wyndham avait déjà utilisé ce phénomène dans son roman-catastrophe de 1953 Le Péril vient de la mer. Là, ce sont des extraterrestres qui provoquent la fonte des calottes glaciaires, et non l’activité humaine, mais l’enchaînement des changements climatiques qui s’ensuivent est très bien décrit – et fort suggestif de la période présente, hélas.