Archives quotidiennes : 16 décembre 2010

Message de service: fichiers, formats et feuilleton

On m’a fait remarquer, sur Twitter, que mon choix de suggérer l’utilitaire DotEpub aux lectrices et lecteurs voulant transférer les pages de ce blogue contenant les chapitres de L’Héritier du Tigre sur leur téléphone (ou liseuse, ou tablette) n’était pas forcément exempt de problèmes.

Quoi, quoi, il y a quelque chose d’imparfait en ce bas monde?

Personnellement, je ne suis pas actionnaire de DotEpub (hé!) et je ne l’ai conseillé que parce que je l’avais essayé moi-même et pu observer que cela marchait très bien pour des pages web classiques, pas trop longues et surtout ne contenant pas d’images volumineuses.

Je l’ai notamment testé sur les chapitres 1, 2 et 3 du feuilleton. (Ben oui.) L’avantage principal de DotEpub est qu’il s’inclut très simplement dans les navigateur Firefox (un très bon navigateur…) aussi bien que Chrome et Safari, et qu’il permet de produire à la volée des fichiers epub tout à fait présentables. Voir là-dessus un article de L’Actu des Ebooks.

(Remarque au passage: j’ai aussi testé DotEpub sur des pages plus complexes, de la longueur d’un roman complet par exemple, et avec des liens hypertextes internes. Et ça marche. Apparemment, le problème numéro 1, ce sont les images ou graphiques. Dans le cas présent, on est donc tranquilles.)

Après, c’est une question de choix personnel autant que de technique. On peut ne pas aimer rajouter des trucs dans son navigateur. On peut vouloir utiliser un autre navigateur, non compatible avec DotEpub. On veut pouvoir retravailler le fichier HTML avant de le convertir en epub, également.

Dans ce cas, le petit DotEpub est forcément peu utile. Mais il y a bien sûr d’autres possibilités pour passer de la page HTML au fichier epub. Et notamment le logiciel Calibre, que j’ai déjà eu l’occasion de recommander, et qui permet à peu près de tout faire avec des livres électroniques.

Gestion d’e-bibliothèque, conversion de fichiers HTML en .epub ou .mobi ou autre format… C’est un vrai couteau suisse.

Dernière précision: si pour l’instant je publie les chapitres un par un, ici, sous forme de billets du blogue, c’est d’une part pour tenter l’expérience de l’e-feuilleton; mais aussi parce que j’en profiter pour réviser légèrement le texte au fur et à mesure. On  trouve toujours des coquilles ou erreurs qui traînent ici et là…

Après, une fois les 24 chapitres en ligne, je n’exclus pas d’y rajouter le fichier du texte complet à télécharger. Et là se reposera la question des formats. Ainsi que des outils pour les manipuler.

UK police kettling vs the French art of protest march management

Dear UK police chiefs and government officials,

Here’s the thing: you did it all wrong with the student protest marches. Sorry to blow your bubble, but that’s true. You had young people demonstrating peacefully against unpopular measures, with a lot of support from the generation of their parents and grand-parents, and what did you do? Treat them like dangerous rabble, using kettling and other controversial tactics.

That’s not smart.

Now, the consequences are upon you: lots of arrests, lots of anger, and rumors of forbidding more marches in the future. Oops, how undemocratic!

Now, if only you had thought about taking an interest in what goes on here, among the traditional enemy of Merry England – I mean in France. I know, I know, you don’t think much of these froggies and their seemingly permanent state of unrest. Demonstrations every other day, the horror! Talk about hampering the commerce, Maggie.

But you know what? They have evolved sophisticated ways to organize even protest marches. That’s true. It’s all about negotiating the itinerary beforehand and also putting security personnel inside the crowd. Very sneaky, you might think (making the demonstrators cooperate to their own containment? yes, it’s possible), but effective.

And I do mean negotiate. To begin with, demonstrators must always file their proposed route with the local police authority. They, in turn, can suggest modifications (for instance, don’t go too near this or that sensitive landmark). When the proposed route is agreed upon, the marchers are responsible for sticking to it. Everybody knows that if they deviate, the police can and will respond with force. The result is that the organisers of the march put voluntary « security officers » among the marchers, especially at the front, back and flanks, and they have badges or some other easily recognisable sign to distinguish them.

The police also send some plain-clothes personnel among the marchers to watch things closely and report by radio to their uniformed colleagues. Then, if someone somewhere turns violent, there’s generally either a policeman or a voluntary security person nearby, or both, and the incident is quickly handled without disrupting the whole march.

Not a magic bullet, and it needs practice, but it shows that comparatively peaceful alternatives to kettling and charges do exist.

Just thought you might be interested.

Ref.: David Dufresne, author of Maintien de l’ordre, interviewed by Article 11 (in French).

Roman: L’Héritier du Tigre, chapitre 3

Eh oui, le feuilleton continue. Comme toujours, ce texte est totalement gratuit, mais il n’est pas interdit d’utiliser Flattr pour marquer son appréciation. À vous de voir.

Pour convertir rapidement cette page en un fichier au format epub, on peut conseiller DotEpub, très simple et gratuit. (NB: Et si vous êtes à la recherche d’un outil plus complet, allez voir du côté de Calibre, qui permet de transformer n’importe quel fichier HTML en epub.)

Enfin, pour la liste complète des épisodes déjà publiés, cliquer par ici.

* * *

L’Héritier du tigre

Roman

par Irène Delse

* * *

Première publication : éditions Le Navire en Pleine Ville,
Saint-Hippolyte-du-Fort (France), mai 2006.

* * *

Présente édition publiée sous licence Creative Commons 2.0 (France)
BY-NC-SA (Paternité, Non commercial, Partage à l’identique)

* * *

Chapitre 3 : Les survivants

Zunsi débordait de colère, tant contre moi que contre Zunsatyi. Il commença par me gifler, assez fort pour me tirer des larmes sous le choc. Puis il se retourna contre son frère.

Pliant sous l’orage, comme cela semblait être son habitude, le Kna essaya vainement de convaincre l’autre de l’innocence de ses intentions. Il aurait pu épargner sa salive. Les poings serrés, Zunsi l’abreuva d’un flot d’injures si malsonnantes que son frère en parut sincèrement choqué.

Quant à moi, furieux au-delà des mots, je ne pouvais que ravaler ma rage en silence. Les larmes ruisselaient sur mon visage comme deux sillons de feu. J’aurais préféré être tué sur-le-champ.

Lire la suite