Archives quotidiennes : 10 décembre 2010

Une bactérie dans le potage

Damned! C’était trop beau! La bactérie qui carburait à l’arsenic, présentée à grand son de trompe par la Nasa, n’était-ce finalement qu’un mirage? Un cadeau empoisonné (ahem) pour journalistes et blogueurs? Sans parler des auteurs de SF, bien sûr…

D’abord, pour comprendre de quoi il retourne, je conseille l’article très complet (et en français) de Traqueur Stellaire. Il explique comment, dans un article de Science, Felisa Wolfe-Simon et onze autres scientifiques ont annoncé avoir réussi à cultiver une souche de bactérie (GFAJ-1) capable d’utiliser de l’arsenic au lieu de phosphore dans son ADN. Un champ de recherche financé, entre autres, par la Nasa, qui s’intéresse aux possibilités de détecter des traces de vie extra-terrestres – une vie dont la biochimie pourrait bien être différente de la nôtre.

Les critiques n’ont pas manqué de dauber sur la « survente » de ce papier par la machine médiatique de la Nasa, comme dans quelques affaires récentes. (La « première exoplanète viable », alias Gliese 581g, dont l’existence n’a pas encore été confirmée, par exemple.)

Pire, dans le cas de la bactérie GFAJ-1 et de son arsenic, voilà que la réalité même du phénomène est contestée par une autre chercheuse  américaine, la microbiologiste Rosie Redfield. Sur son blog, puis dans une lettre ouverte au magazine Science, elle critique les méthodes de l’équipe qui a publié le papier:

1) Selon elle, ils n’auraient pas prouvé que l’arsenic se trouvait dans l’ADN, mais était juste présent à l’intérieur de la bactérie (en ne purifiant pas l’ADN à partir des cultures de bactéries avant de tester la présence d’arsenic, mais en se contentant de déshydrater des échantillons de ces cultures);

2) D’autre part, les sels d’arsenic employé pour « nourrir » la souche de bactérie testée n’auraient pas été suffisamment purs, mais auraient pu être contaminés par du phosphore! Bref, les chercheurs auraient apporté, sans s’en rendre compte, le phosphore nécessaire à une survie tout à fait classique de la bactérie en question… (Et il est également possible que la mort d’une partie des bactéries dans le milieu de culture ait permis aux survivantes de se procurer du phosphore, en cannibalisant leurs tissus.)

Comme on savait déjà que cette souche était extrémophile, capable de survivre dans un milieu pauvre en nutriments et riches en sels toxiques, ce scénario  n’a finalement rien d’improbable.

Il y a un bon résumé de toute cette affaire, en anglais, sur le blogue de la National Association of Science Writers américaine (NASW), une association professionnelle de journalistes scientifiques. Ils profitent de l’occasion pour souligner l’importance croissante des blogues de chercheurs dans la communication et le débat scientifique.

Moralité: voilà qui prouve encore une fois qu’en science, une découverte n’en est pas une tant qu’elle n’a pas survécu à ses critiques et n’a pas été dupliquée.

Un chercheur, ou même une équipe, peut se tromper, s’auto-abuser, croire au Père Noël des bactéries, voire publier des résultats non confirmés (mais alléchants) pour obtenir des subventions… Mais l’ensemble de la communauté des chercheurs est là, normalement, pour passer au crible les candidatures au statut de découverte – et à la postérité.

Ce qui veut dire que la réalité scientifique elle-même est en perpétuelle évolution. Tiens, ça fait penser au Net, tout ça…

Et comme de juste, les héroïnes de nos deux dernières controverses autour de la vie extra-terrestre, l’exoplanète putative Gliese 581g et la bactérie Halomonas GFAJ-1 dont l’ADN contient (peut-être) de l’arsenic, se retrouvent propulsées au rang de célébrités du Net! Elles ont même chacune leur compte Twitter…

La vie sur Terre est un étrange phénomène, vraiment.

Publicités