Si on ne trouve pas de vie extra-terrestre, il n’y a plus qu’à la fabriquer

D’accord, la fameuse annonce de la Nasa était surtout un joli morceau de hype

Mais le résultat final est – presque – aussi intéressant que la découverte d’une vie extra-terrestre: on a réussi à cultiver une bactérie terrestre dans des conditions telles qu’elle remplace le phosphore de son ADN par de l’arsenic.

Pourquoi l’arsenic? Parce qu’il se trouve (symbole chimique: As) dans la même colonne du tableau périodique des éléments que le phosphore (symbole P), ce qui veut dire que tous les deux ont des propriétés chimiques proches. L’arsenic peut donc (dans certaines conditions) remplacer le phosphore dans les réactions biochimiques, jouer son rôle dans les cellules, quoi.

La bactérie utilisée dans cette étude (Felisa Wolfe-Simon et al., Science) vit à l’état naturel dans un lac saumâtre aux eaux riches en arsenic. Elle tolère donc bien la toxicité (on parle de bactérie extrémophile. Mais la nouveauté vient de ce qui se passe lorsqu’on cultive cette bactérie dans un milieu non seulement riche en arsenic, mais dépourvu de phosphore

Normalement, le phosphore est l’un des éléments indispensables à la vie. L’ion phosphate (PO43-) entre notamment dans la composition de l’ADN et de l’ARN des cellules. Notre bactérie semble bien cependant avoir survécu sans, en remplaçant apparemment l’ion phosphate par un ion arséniate (AsO43-), bref en utilisant de l’arsenic à la place du phosphore jusque dans son matériel génétique. (NB: je dis « apparemment », parce que le résultat est contesté, ce qui est normal en science. Il faudrait maintenant que l’expérience soit répliquée par d’autres équipes pour qu’on en soit sûr à 100%.)

Pourquoi est-ce tellement intéressant? Pourquoi parle-t-on de résultat qui peut bouleverser nos conceptions en biologie?

Parce que, si cette expérience est confirmée, elle montre que la vie telle que nous la connaissons, basée sur l’acide désoxyribonucléique à base de carbone, hydrogène, oxygène, azote et phosphore, n’est pas la seule possible dans l’univers.

Conséquence pour la recherche de vie extraterrestre: ce résultat offre de nouvelles pistes pour la détection de traces de bactéries sur d’autres planètes, en étudiant la composition chimique de leur atmosphère. En gardant à l’esprit qu’en plus du cycle biochimique que nous connaissons, il y en a peut-être un autre possible, où le phosphore serait remplacé par l’arsenic…

Une réponse à “Si on ne trouve pas de vie extra-terrestre, il n’y a plus qu’à la fabriquer

  1. Pingback: Une bactérie dans le potage | L'Extérieur de l'Asile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s