Archives mensuelles : décembre 2010

Pourquoi il ne faut pas laisser dans les codes les lois obsolètes

Vous avez entendu parler de cette affaire, j’espère? Ces parents qui ont pu faire annuler le mariage de leur fils (qui, à trente ans, devait pourtant se croire adulte…) avec sa fiancée chinoise, en utilisant une loi millésimée de 1803. Vous avez bien le bonjour du Code Napoléon!

«Après avoir accusé Mandy de se marier pour obtenir des papiers, ils l’accusent désormais d’être une espionne au service du gouvernement chinois»

Charmant. J’imagine que cela va jeter un froid pendant le réveillon…

Cela dit, au-delà des relents de vieux racisme (le péril jaune, vous savez…) et d’affaires de famille bien épaisses, il y a une leçon à retenir de cette histoire.

Deux leçons, même. D’une part, que la soi-disant Patrie-des-Droits-de-l’Homme™ ferait bien de balayer devant sa porte en matière de droits humains et de lois scélérates avant d’essayer de faire la morale aux autres. D’accord, en la matière, on fait mieux que, disons, le Pakistan. Mais il faudrait peut-être songer à ne pas s’endormir sur nos petits lauriers, hmm?

D’autre part, c’est encore un cas où un peu de logique aurait permis d’éviter le drame. Et dans ce cas, d’une logique qui devrait crever les yeux du premier écrivain ou storyteller venu.

La logique narrative. Je pense à l’exemple qu’utilise l’écrivain de SF canadien Cory Doctorow pour critiquer les lois « anti-piratage » du genre Hadopi:

Read your Chekhov, people: the gun on the mantelpiece in act one will go off in act three. Allowing the MPAA to get SOC in your set-top box but « never planning on using it » is like buying a freezer full of chocolate ice-cream and never planning on eating it.

Traduction rapide:

« Relisez Tchékov, les gars: le fusil suspendu au-dessus de la cheminée, dans l’acte I, servira à tirer sur quelqu’un dans l’acte III. Permettre à l’industrie du cinéma d’installer un dispositif de contrôle dans votre récepteur télé mais « sans aucune intention de l’utiliser » c’est comme d’acheter tout un freezer de glaces au chocolat « sans aucune intention » de les manger! »

Pour les lois sur le mariage, c’est pareil. Tant qu’elles sont dans les codes, c’est pour qu’on les utilise. Et si on veut éviter les coups de feu, on enlève le fusil de dessus la cheminée.

P.S. Un commentaire m’apprend que Maître Eolas avait fait un billet là-dessus en novembre dernier pour expliciter le contexte juridique de cette loi, mais sans nous apprendre grand-chose sur le fond. (Et sa conclusion me semble un peu courte, pour quelqu’un qui peste régulièrement contre la façon dont les lois sont rédigées…)

Première neige pour… trois tigres de Sibérie

Parce que certains jours, on a tous besoin de vidéos débordantes à ras bords de l’élément adorable

Les bambins sont de jeunes Tigres de l’Amour (alias Tigres de Sibérie) nés au zoo du Bronx, à New York, et qui découvrent la neige pour la première fois.

Commentaire du biologiste Jerry Coyne (du blogue Why Evolution Is True, où j’ai piqué – sans vergogne aucune – cette vidéo): cette variété de tigre a manifestement développé au cours de son évolution les gènes nécessaires pour bien tolérer la neige… mais pas les gènes pour en avoir une connaissance innée! Et ces trois-là font comme tous les bébés mammifères du monde: ils jouent avec la nouveauté afin de mieux l’explorer.

Carl Hiaasen, bad writing, and the abduction of female characters

Grr! This annoyed me so much that I nearly got myself a LiveJournal account just so I could vent over at Canon Rants! And it’s all the fault of novelist Carl Hiaasen – or perhaps of Cory Doctorow, whose book review in Boing Boing enticed me to go read Star Island, Hiaasen’s most recent comic/absurdist Floridian crime caper.

The fact that I had previously liked a few of these books (especially the brilliant Basket Case) didn’t hurt, I have to admit. But this time, something threw me right out of the book.

Let me explain. But first, beware that spoilers lie ahead. If it bothers you, please don’t click on!

Lire la suite

Joyeux anniversaire d’Isaac Newton!

L’inventeur de la théorie de la gravitation universelle, des trois lois du mouvement, d’une théorie des couleurs en optique, d’un télescope à réflexion et (avec Leibniz) du calcul infinitésimal est en effet né un 25 décembre selon le calendrier julien.

Quoi, ce n’est pas ce qu’on fête aujourd’hui? Tss…

Considéré comme une figure emblématique des sciences, Isaac Newton a influencé de nombreux penseurs, notamment les philosophes Kant et Voltaire. Il a aussi inspiré écrivains et artistes, et jusqu’à l’auteur de SF américain James Morrow, qui a fait de l’ouvrage Principia Mathematica de Newton (où il expose ses principales théories) le narrateur de l’un de ses romans.

Authentique.

L’accident de sa date de naissance a aussi suggéré à certains mouvements humanistes et athées modernes l’idée de faire du 25 décembre une fête des sciences et de la découverte, comme alternative aux festivités religieuses de fin d’année.

Voilà, vous êtes probablement plus savants aujourd’hui. On dit merci à qui, hmm? 😉

De la neige à Noël? Dites merci au réchauffement climatique…

Et non, ce n’est pas une blague. Mais – très probablement – la conséquence d’un phénomène de physique bien connu: plus de réchauffement (du globe) conduit à plus d’évaporation (des mers), qui entraîne à son tour plus de précipitations (d’eau ou de neige selon la température locale).

C’est aussi une bonne occasion de rappeler la différence entre climat (sur de longues périodes, avec fluctuations) et météo (localisée dans l’espace et le temps).

Non seulement la tendance globale au réchauffement sur plus de 50 ans n’empêche pas des cycles avec des hauts et des bas – et c’est ainsi que pour l’année 2010, un hiver arctique dans l’hémisphère nord succède à 9 mois particulièrement chauds (voir une interview de Patrick Galois, de Météo France) – mais le fait que le globe se réchauffe conduit en soi à une tendance à l’augmentation de l’humidité présente dans l’atmosphère.

Si on se rappelle un peu le programme de sciences du primaire, on sait que la neige est de l’eau cristallisée, et qu’une chute de neige n’est pas forcément un signe de grand froid, mais que c’est ce qui se passe quand l’air contient suffisamment d’eau (en termes techniques, on parle de sursaturation) et que la température locale descend à zéro ou au-dessous.

Je simplifie, bien sûr, mais vous voyez le principe…

Pour les amateurs de science-fiction, je signale que John Wyndham avait déjà utilisé ce phénomène dans son roman-catastrophe de 1953 Le Péril vient de la mer. Là, ce sont des extraterrestres qui provoquent la fonte des calottes glaciaires, et non l’activité humaine, mais l’enchaînement des changements climatiques qui s’ensuivent est très bien décrit – et fort suggestif de la période présente, hélas.