Archives quotidiennes : 22 septembre 2010

Brèves de guichet: la journée du patrimoine

Cette année, j’ai sacrifié au rite des journées du patrimoine, alors que je me trouvais dans la région de Bordeaux, avec des amis. Parmi nos visites, les jardins du château de Vayres, qui valent bien le détour. Comme beaucoup de ses pareils, c’est un peu l’abrégé en pierre de l’histoire de France: Moyen-Âge, Guerre de Cent ans, Renaissance, Fronde, etc.

Château de Vayres (Gironde), habité à l'année par...... on Twitpic

Nous apprenons que le château est toujours habité, et toujours entre des mains privées, mais sans plus de précisions, et la curiosité nous fait essayer de tirer les vers du nez au jeune homme qui officie à la vente de billets.

«Qui donc habite le château à l’année», demandons-nous? (Nous croyons jouer très fin en ne demandant pas de but en blanc qui est propriétaire de ce luxueux tas de pierre. Le pays de l’argent a ses pudeurs, on le sait bien.)

La réponse vient du tac au tac:

«C’est moi!»

Ah, ha! C’est donc lui le gardien, et discret sur son employeur, semble-t-il. Pas fou. Et il est clair qu’il suit la consigne.

Force nous étant d’être plus explicites, nous demandons qui est le proprio, mais n’obtenons que cette description: un grand banquier d’affaire français. Voilà, voilà. Le château d’Henri IV et des comtes de Foix appartient bien à la nouvelle aristocratie… Mais aujourd’hui comme hier, ce sont avant tout des employés qui y résident.

Rien de nouveau sous le soleil de France.

Où je réponds à une requête Google: droit de vote et gens du voyage

Ces temps-ci, il arrive assez souvent qu’un quidam arrive en tapant «droit de vote des gens du voyage» dans un certain moteur de recherche dont le nom commence par G. (Parfois aussi par B, mais c’est plus rare.)

Cher internaute, ne cherche plus: la réponse est ici.

En bref: s’ils ont la nationalité française (comme c’est en majorité le cas), les gens du voyage peuvent évidemment voter. Mais, et c’est là que ça coince, en pratique, les lois auxquelles ils sont soumises (carnet de circulation, condition pour s’inscrire sur les listes électorales…) rend difficile pour eux l’exercice de ce droit. Et moins risqué, pour le gouvernement, de les montrer du doigt en guise de boucs émissaires.

Le diable est décidément toujours dans les détails…

En passant

Parce que la mère fouettarde Hadopi a commencé à envoyer ses demandes d’identifications, et que dans sa grande sagesse (heu…), il y en a autant pour chaque fournisseur d’accès, quel que soit le nombre de ses abonnés. Tu sais ce … Lire la suite