Un très, très vieux réacteur nucléaire

Il y a deux milliards d’années, il y avait assez d’uranium fissile (le fameux U235) dans la croute terrestre pour alimenter des réacteurs nucléaires naturels. Mais les restes de tels phénomènes ne se voient plus que dans un seul endroit sur Terre, à Oklo, au Gabon:

Source: Image astronomique du jour (APOD/Cidehom) pour le 12/09/2010.

Les traces jaunes, sur la photo, sont de l’oxyde d’uranium. Le taux d’uranium 235 dans la croute terrestre a entre temps baissé au-dessous de ce qui permet d’entretenir une réaction en chaîne (0,7% au lieu des 3,6 d’alors). Cela dit, si le réacteur d’Oklo est dit éteint, comme il y a des volcans éteint, il a encore pas mal de choses à nous apprendre, aussi bien sur le plan pratique (développer des moyens pour traiter les déchets nucléaires) que fondamental (vérifier la stabilité des constantes physiques fondamentales sur de très longues durées).

Et c’est aussi un bon rappel du rasoir d’Occam! Inutile en effet d’invoquer l’hypothèse d’une visite de la Terre par d’anciens astronautes extra-terrestres, ou celle d’Atlantes à la technologie hyper-évoluée, lorsque la seule application des lois connues de la matière (isotopes fissiles, réactions en chaîne…)  permet d’expliquer pourquoi les roches d’Oklo ont fonctionné autrefois comme le cœur d’une centrale nucléaire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s