Bouche d’e-Goux

Ce n’était pas vraiment mon intention de répondre, mais vu que le nombre de gens arrivant sur mon blogue par l’intermédiaire d’une recherche sur les mots-clefs «goux+delse» reste non nul… Ma foi, il n’y a pas de raison de ne pas en remettre une couche.

Certes, je me doutais bien, en publiant mon billet sur la convergence de visions du monde des islamistes-de-là-bas et des xénophobes-bien-de-chez nous, que le quidam sur les commentaires duquel j’avais rebondi n’allait pas rester coi. Après tout, c’est bien parce qu’il s’était comporté comme un troll que j’avais écrit ce texte! (En plus d’avoir aussi trollé précédemment mon ancien blogue.) Rien de surprenant donc à ce que sa réaction à lui soit plus digne d’un babouin que d’un être humain adulte.

Nota bene: comme je ne désire pas lui transférer la moindre goutte de Google juice, on pourra si on le désire accéder à la bafouille en question en copiant-collant ce mini-lien dans la barre d’adresse du navigateur:

http://minilien.fr/a0lbik

Il est toujours important de juger sur pièces.

Quoique, dans le cas présent, c’est surtout la pensée de ce blogueur qui est en pièces détachées…

Oh, ce monsieur se croit très malin. Il a une certaine culture, et probablement une certaine expérience, mais ses réflexes mentaux sont assez répugnants. Outre son blogue, on connaît les commentaires souvent énervés, parfois carrément venimeux qu’il lâche sur divers blogues de la Toile française. Il paraîtrait que ce sont des espèces de «déclarations d’amour». Sans blague? Dommage, dans ce cas: je n’ai pas le même genre de fantasmes, merci.

Sur le blogue, c’est pareil – en plus long, puisqu’il ne risque pas d’être banni pour avoir trollé!

Il ne court pas non plus trop de risques en se répandant en théories fumeuses (sur l’histoire du monde musulman, par exemple – comme par hasard) ou en s’adonnant à son péché mignon, l’insulte misogyne. Je n’invente rien: c’est lui qui le dit.

(L’autre jour, dans les commentaires du billet sur Apple et la pornographie, on parlait entre autres de gens qui avaient des pulsions peu acceptables dans une société civilisée… Ben voilà.)

Le pompon, c’est quand il croit voir sur le blogue d’autrui ce que son imagination lui souffle. Ma théorie est que lorsqu’il jette un coup d’œil sur le mien, de blogue, il fait une poussée de tension et s’empresse de cracher son vitriol avant d’avoir compris, voire avant d’avoir tout lu. Ou sinon comment expliquer qu’il prétende être énervé parce que j’aurais dit sur mon blogue, «il y a quelques semaines», que je vis dans le 18e sans y voir des «hordes» de musulmans? (C’est son mot. Garanti sur facture.)

Hem… On peut chercher, on ne risque pas de trouver ici pareilles calembredaines!

À moins que cet énergumène confonde avec une négation de la présence musulmane le fait qu’il m’arrive de parler de rues où se côtoient églises et mosquées, avec en prime des synagogues et des temples protestants?

Drôle de mentalité.

Bon. Il n’y a évidemment qu’une réponse possible à ce genre de prose. En deux mots: pauvre type.

Your sanity has a flavor - nom nom nom

17 réponses à “Bouche d’e-Goux

  1. Ecrire à un tel « babouin » (sic) avec autant de haine est une démarche pour le moins curieuse, et Dieu sait, pourtant, s’il m’arrive d’être en désaccord avec les idées dudit babouin parfois, – j’ai du mal à écrire ce mot de babouin à l’endroit de l’un des miens, c’est-à-dire à l’endroit d’un humain… -, avec son « emphase » souvent. Ceci posé, si je lis bien ce qui sort de la bouche d’e-goux » (sic – bis) – quel jeu de mots ! -, la première personne qu’il ne cesse (plus) de moquer sur son blog est avant tout-lui-même…
    Enfin bref.

    Ah oui, une dernière chose : si un jour je devais rentrer dans le chou de Goux ou d’un(e) autre, j’emploierais un moyen tout autre, à savoir le courrier privé, simple affaire de courtoisie et d’élégance… Mais je veux bien (vous) concéder que cela puisse faire « vieille France »…

    Bien à vous.

    • De la haine? Vous êtes sûr d’avoir bien lu ce qui précède? D’ailleurs si vous l’aviez fait, vous auriez remarqué que je stigmatise ses comportements et déclarations simiesques, non sa personne.

      Et puisque vous semblez un habitué de son blogue, vous aurez aussi constaté que la «courtoisie», chez Didier Goux, ne va pas jusque là. Il se moque lui-même… Et il insulte les autres. Et pas par courriel privé, oh non. Je n’en ai jamais reçu un seul de lui. En revanche, il ne se prive pas de me débiner sur son blogue et sur ceux de ses copains – j’ai donné les liens, vous n’avez qu’à vérifier.

      Mais vous avez dû déjà lire tout cela, non? J’espère que vous lui avez aussi amicalement fait des remontrances sur la façon dont il traite d’autres êtres humains? Ou sur son manque d’élégance? Hmm?

  2. Bon…
    Encore une foldingue.
    En vous lisant, par effet de miroir, c’est fou comme Didier Goux m’apparaît comme comme un homme sain et d’une effroyable normalité.
    La normalité n’étant pas ici une tare mais une juste réponse à la folie ambiante dont vous êtes un exemple vivant.

    Irène: Foldingue, hein? Attention, vous allez faire de la peine à Ch. Bohren avec l’expression de toute cette haine…

  3. Petit message à l’intention des valeureux défenseurs de M. Didier Goux: s’il y tient, il est très capable de défendre lui-même ses intérêts, je pense.

  4. Mais ce qui est plus terrible encore je trouve, c’est cette époque qui donne tant de résonnance à des personnes comme vous, porteuses de tant de vacuité.
    Vous ne méritez que l’oubli et Didier Goux a eu tort de vous en sortir.

    Irène: Ah tiens? Il faudra vous en prendre à lui, dans ce cas. (En plus, commenter sur ma «vacuité»… C’est ajouter du vide au vide. Pourquoi vous y adonner?)

  5. Je vais me permettre un petit conseil:lorsque l’on consacre un billet à quelqu’un qu’on a dans le nez, pour que ça claque, il faut y mettre un tout petit peu de talent, mettre les rieurs de son côté, faire montre d’intelligence, enfin des choses comme ça.

    Irène: Tiens, donc? Un conseil désintéressé, sans doute! Mais quelle surprise, les amis de Didier Goux ne seraient pas amusés par ce billet… C’est fou, non?

    Vous n’en avez pas, du talent, allez-vous sans doute me répondre…

    Heu, non. Là, c’est vous qui rêvez. Et tout éveillé, encore.

    Certes, et ce n’est pas de votre faute, Mais dans ce cas là, pourquoi écrire?

    Pour vous donner un intérêt dans la vie, apparemment…

  6. Pingback: Didier Goux est (vraiment) pathétique | L'Extérieur de l'Asile

  7. Oh que non! je n’avais jamais entendu parlé de vous jusqu’à maintenant, et après avoir brièvement parcouru votre blog, je peux vous dire que vous n’avez pas les moyens d’intéresser qui que ce soit.

    Irène: Bizarre… On dit ça, mais on revient ici… Amusant!

    Votre billet est au diapason avec le reste:très mauvais. Mais comme Didier Goux a du talent, il a donné à moi comme à d’autres la curiosité d’aller voir.

    Heu… À propos de talent, vous devriez vous méfier: vous ne semblez pas avoir celui de l’écriture. «Je n’avais jamais entendu parlé», «il a donné à moi»… Peut mieux faire.

  8. Si j’étais méchant, mais ce n’est pas ma nature, je vous conseillerais de comparer mes textes aux vôtres. Vous êtes très mauvaise. Je trâine ici par curiosité, parce qu’une dame qui se pique d’écriture alors qu’elle n’est pas faite pour ça, c’est toujours instructif.

    Irène: Comme dit la chanson: «Bla bla bla bla».

  9. Bigre! Vous avez un sens de la répartie impressionnante! Vous avez en gros le niveau d’une blogueuse de quatorze ans.

    Irène: Dit celui qui revient ici sempiternellement pour râler et ratiociner… Ben voyons.

    Vous me feriez presque de la peine. Finalement, la véritable raison de vôtre courroux à l’égard de Goux est claire:

    Ah bon? Encore un extralucide!

    vous êtes nulle, sans talent, et vous êtes jalouse. On vous comprend, d’une certaine manière. Mais ce n’est pas comme ça que vous allez vous progresser.

    Et au royaume des à-côté-de-la-plaque, vous avez vos entrées à la cour! Je pointe la grossièreté et l’agressivité d’un quidam, c’est donc qu’en fait je voudrait être comme lui? Drôle d’idée…

    Au lieu de vous en prendre à lui, lisez le attentivement, dans le silence, et essayez d’apprendre

    Heu… Vous êtes sûr que vous ne confondez pas son blogue avec la Bible, des fois?

  10. La Bible? Non, certaienment pas,

    Irène: À lire votre précédent commentaire, on aurait cru. «Lire en silence, apprendre…» Que d’honneurs.

    mais un blog de qualité, comme il y en quelques uns sur la toile, tenu par une personne qui fait partie du batiment, si je puis dire, qui a toutes les qualités qui le rendent légitimes dans l’exercice de l’écrtiture. Et vous seriez bien inspirée d’observer son travail, si vous voulez apprendre à tenir une plume.

    Ho, ho! Que vois-je? «certaienment», «écrtiture», «batiment» et ci-dessous «médiocrtité»: vous devriez suivre vos propres conseils, avant de vous répandre en conseils d’écriture sur les blogues des autres.

    Quant au fait que je viens ici, c’est en entomologiste; un tel degré de médiocrité et d’ignorance de la dite médiocrtité, c’est fascinant.

    Entomologiste? Il faudrait savoir. Vous étudiez les insectes, ou la «médiocrtité»? Hum. La tétrapilectomie, surtout!

    • Ma fille,

      Irène: Pas de familiarité, svp! Il y a des gens qui tolèrent les gougnafiers, mais ce n’est pas mon cas.

      quant on en est à relever les fautes de frappes sur un commentaire, c’est qu’on est très mauvais et qu’on le sait.

      Sans blague. Et cela vous évite surtout d’avoir à regarder en face vos propres insuffisances… Plus facile, évidemment.

      Vous me faites penser à cette phrase de Paul Léautaud: Avec toutes ces bonnes femmes qui ecrivent, impossible de trouver une femme de ménage.

      Hem. Qui se ressemble s’assemble. Un conseil tout de même: quand on est dans un trou, ce n’est pas le moment de creuser

      Vous n’avez aucun talents, tous vos textes sont insignifiants, vous avez les capacités intellectuelles d’une blogueuse de 14 ans…. Comment expliquer autrement que par la jalousie le fait que vous cous en preniez à Goux?

      Aah, c’est ce que vous n’arrivez pas à vous expliquer? Désolée, mais je vais devoir vous laisser gamberger, alors!

  11. Bon, cela vole bas, mais il fallait s’y attendre. Et l’avantage, quand on met un troll sur la sellette, c’est que cela permet très vite de trier le bon grain de l’ivraie. Les casse-pieds sortent de leur trou – et n’en sont que plus faciles à repérer.

    • Quand on est dans une trou??? On vient de faire la démonstration que vous êtes une nullité, limite défficiente mentale, et c’est moi qui serait « dans un trou »?

      Irène: Bon, je pourrais continuer à vous répondre, mais comme vous vous répétez, cela devient oiseux. Aussi ai-je préféré mettre votre texte dans la police Comic Sans MS, afin de mettre en adéquation le fond et la forme.

       » Et cela vous évite surtout d’avoir à regarder en face vos propres insuffisances… »

      Encore une fois; comparez vos testes aux miens.

      Mes «testes»? Oh, ho! Joli lapsus! Mais désolée, biologiquement impossible, mon cher!

  12. Ne vous essayez pas à l’humour, ça non plus vous ne savez pas faire.

    • De l’humour? Ahem. La police de caractères Comic Sans MS ne s’appelle pas ainsi parce qu’elle serait drôle, mais parce qu’elle s’inspire du lettrage des comics, les bandes dessinées made in USA. Quand on ne sait pas de quoi on parle, hein…

  13. Chère Irène,
    Je vois – certes tardivement – que la pêche aux cons a été bonne. Vous en avez attrapé plusieurs spécimens.
    Bien amicalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s