Palabres presque véridiques à l’Élysée

[Avertissement: Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est un produit de votre imagination. Attaquez-vous vous-même en diffamation.]

Dans un recoin obscur du Château, les p’tits gars de l’UMP gambergent… (Et même les quelques nanas de service sont des p’tits gars, si elles parlent dans l’exercice de leurs fonctions électives dans le parti. Des sbires, quoi.)

Sarko: Bon, alors, et si ce dernier fumigène marche pas, on fait quoi? Les veaux de France vont pas nous suivre jusqu’à perpète! Surtout qu’on en a déjà usé pas mal, de bouquémissaires. Les jeunes, les noirs, les chômeurs, les téléchargeurs de fichiers, les musulmans, les Roms… Faut voir à trouver autre chose!

Woerth (avec un sourire perfide à son collègue Hortefeux): Les Auvergnats?

#Hortefail: Ah, non, tu vas pas encore me la reprocher, celle-là…

Sarko: La ferme, vous deux! Et magnez-vous plutôt les méninges, ou je vous botte le cul!

(En coulisse, on entend une voix mielleuse ressemblant curieusement à celle de Villepin: Et avec des talonnettes, ça fait mal… Il est rapidement étouffé et jeté sur le pavé hostile de l’avenue Saint-Honoré.)

Vanneste (plein d’espoir): On pourrait essayer les pédés, non?

Sarko: Débile, va! C’est trop tard, ça fait plus trembler grand-monde. Et puis ça nous ferait perdre les quelques soutiens d’artistocs qu’on a pu grappiller avec #Hadopi. Nan, faut trouver autre chose!

(Soudain, une sonnerie tintinnabule. Tout le monde cherche dans sa poche de pantalon, sauf les nanas, qui retournent leur sac à main. Quelqu’un finit par extirper un portable sur lequel s’affiche un texto de @NKM: «Pa touch A mes internets! Me fai dj assE traiter sur twittr com sa!» Sarko hausse les épaules et balance le pauvre appareil. Qui expire à grand fracas contre un lambris doré.)

Worth: Pff… Un nouveau bouquémissaire, c’est moins facile à trouver par ici que des évadés fiscaux.

Morano: T’en sais quelque chose, hein? Parce que c’est à cause de toi qu’on a du taf sur la planche aujourd’hui!

Woerth: Gromph, greumph… Tiens, j’ai une idée: si on tapait sur les femmes, pour changer?

Pécresse: Pour changer quoi, pignouf? Je fais ça tout le temps!

Dati et MAM (en chœur): Nous aussi!

Sarko (qui devient tout pâle): Ah ben non, alors! Je veux la paix dans mon ménage jusqu’en 2012, moi! Déjà que je dois me taper les paparazzi étrangers… Et non, je sais ce que vous allez dire: faut taper sur les journaleux. Laissez tomber, c’est déjà le B.A. BA de ma comm de base, la ficelle est usée. Et c’est moi qui le dit.

(Grattages de tignasses, remuements de pieds, raclements de gorges embarrassés. Les Rolex tictaquent joyeusement dans un silence épais.)

Soudain, la porte s’ouvre et Marine passe la tête dans la porte, malgré les huissiers bien embêtés. Et de lancer à la cantonade, avec un grand sourire:

— Alors, mes chéris, c’est quand que vous vous déciderez à mettre les youpins dans le collimateur? Si vous voulez vraiment récupérer les électeurs de cheux nous, vous savez ce qui vous reste à faire…

Sarko (en soupirant et en se passant la main sur le front): Nan, pas possible. Je t’aime bien, mais tu sais que j’ai trop utilisé le soutien du CRIF pour ça, ce serait suicidaire. C’est pour ça que je suis ici et pas ton père! Parce que je sais à quelle époque on est. Bande d’amateurs, va…

(Un ange passe. Et repasse.)

Fadela regarde Rama. Qui repasse le bébé à Fadela. Qui sourit nerveusement et essaie:

— Heu, patron, si au lieu de chercher des bouquémissaires pas trop usés, on essayait de gouverner un peu? Vous savez, avoir plus que l’air de s’occuper du chômage ou de la crise? Et ne pas donner qu’aux riches, parce qu’on a quand même été élus aussi par les francémoyens, faut pas l’oublier…

Sarko devient tout rouge, puis tout blanc, puis à nouveau tout rouge. Les veines palpitent sur ses tempes. Les p’tits gars de l’UMP reculent nerveusement, tout comme les huissiers de l’Élysée.

Finalement, il explose:

— Connasse! Incapable! Où tu crois que t’as mis les pieds, s’pèce d’idiote d’Arabe? Fous-moi le camp! Foutez tous le camp d’ici, vous me rendez malade! Dois tout faire tout seul, ici! Vous pendrai tous à un croc de boucher! RaaaaAAAAHH!!!

(Là s’arrête l’enregistrement, probablement inactivé par les ondes cérébrales surchauffées émises lors de cette épique colère. Les espions de Wikileaks Médiapart – chuuut, c’est un secret – qui ont récupéré l’appareil au péril de leur vie opinent que les échos en ont ébranlé suffisamment l’écorce terrestre pour que, par effet papillon interposé, une tempête de CO2 glacé fasse rage deux jours après sur la planète Mars. Ou quelque chose comme ça.)

Une réponse à “Palabres presque véridiques à l’Élysée

  1. Pingback: Tweets that mention Palabres presque véridiques à l’Élysée | L'Extérieur de l'Asile -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s