La vie qui en vaut la peine, selon Pierre Rabhi

Je ne suivrai pas totalement Pierre Rabhi dans son analyse de la fragilité de notre civilisation et son concept de «sobriété heureuse» (cf. l’entretien avec Rue89 du 24/07/2010 et le livre publié récemment chez Actes Sud). N’empêche que l’inspirateur de l’association Terre & Humanisme et du Mouvement des Oasis en tous lieux a certaines choses importantes à nous dire.

Comme cette réponse à la question: «Que dites-vous aux chefs d’entreprises qui vous sollicitent pour des conférences?»

Le Medef m’invitait à réfléchir sur la question de savoir s’il existe une vie après la mort, mais je m’en fiche. Moi, ce qui m’intéresse c’est ce qui existe pendant que je suis vivant, s’il existe une vie AVANT la mort.

Quand on y pense, en effet, c’est simple. Et c’est de là que tout découle.

4 réponses à “La vie qui en vaut la peine, selon Pierre Rabhi

  1. Et il y a une vie avant le Médef.
    Mais effectivement, Pierre Rabhi est un des auteurs qui a des choses à dire. Il faut le lire et oublier que Nicolas Hulot conseille de le lire. Après tout, Nicolas Hulot peut avoir raison de temps en temps.

  2. La vie qui en vaut la peine, selon Pierre Rabhi, bien sûr !
    D’ailleurs les autres animaux disent la même chose !
    S’ils ne parlent pas, ils ne se suicident pas (ou très rarement) !
    Le principe d’homéostasie puis le cerveau reptilien sont à la base de toute vie !
    Et comme le cerveau reptilien et le cerveau des émotions ont une influence prééminente chez les homo sapiens, no problem !

    D’où au début l’esclavage (basé sur la peur de la mort), etc. ! Et « Chaque chose en son temps » ! Et « Il faut laisser le temps au temps » !

    *** Mais, biologiquement parlant, quelle identité peut-on prêter à des homo sapiens (h. s.) qui n’ont pas réussi à assimiler la « notion de cycle » ? !

    L’espèce prochaine, celle des « hommes vrais » (en tant que terme générique), n’aura-t-elle pas comme priorité évidente : l’aménagement au mieux de chaque partie du cycle, particulièrement des deux dernières : la vieillesse et la mort (le passage vers le cycle suivant) ? !
    Présenté différemment, si on accorde à l’espace matériel (tel qu’il est perçu) la dimension 3, l’h. s. ne vit pas en dimension 4 (celle du temps) dans la mesure où il ne la maîtrise pas du tout. La théorie des fractales introduit des dimensions intermédiaires, fractionnaires … mais je n’y connais rien.
    Par ex. le lapin vit sa vie en utilisant les composantes de son cerveau : notamment le cerveau reptilien (l’instinct de survie), le cerveau limbique ou mammalien ou des émotions (mémorisation des événements avec l’attribution d’un indice selon le ressenti plus ou moins agréable ou désagréable, pilotage automatique en fonction des conditionnements et du surmoi, etc., quête du plaisir ou bien être selon une procédure analogique)
    Il possède un embryon de néocortex peu performant.
    Le réel (qui anticipe, imagine, analyse, abstrait) est réservé à l’h. s.!
    Mais sait-il vraiment s’en servir ? !
    Non, puisque la prééminence des deux cerveaux primitifs l’empêche d’exploiter un élément de base de l’Univers via la complexification ! Le cycle n’est-il pas un ou le procédé optimal ? ! Voir par ex. le progrès des espèces automobiles si jamais on se bornait à réparer, rafistoler, substituer des pièces !

    Est-ce un problème de conditionnement ? De gènes ? !
    Ou une sorte de régulation naturelle, qui se produit parfois quand une espèce est en danger d’extinction, sera-t-elle nécessaire et suffisante ? !

    L’hypothèse abordée en l’an 2000 par L. Nottale, J. Chaline, P. Grou, dans l’ouvrage « Les arbres de l’évolution » n’a-t-elle pas reçu un début de confirmation en 2005 lors de l’évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé ? !

    Alors que c’était la dernière occasion de mettre les pendules à l’heure, de débattre, d’abandonner les paraboles qui nous imprègnent en toute inconscience (« L’homme a été créé à l’image de Dieu » et sa copie à une symétrie près « L’homme est un dieu en devenir »), de se débarrasser de la peur de la mort et de l’enfer ; à l’unanimité, fut adoptée la politique de l’autruche, l’enterrement assourdissant organisé par les croyants et les rationalistes réunis (pour une fois) en faisant tomber les masques, les seconds ne prolongeant que les premiers !
    Et bien sûr, le pendant de cette peur continue à se traduire par la politique de la fuite « toujours plus » en avant vers le paradis terrestre ou la colonisation du Cosmos !
    Plus au ras des pâquerettes, c’est l’addiction du « toujours plus » (t. p.) sous l’influence du cerveau des émotions (V. l’épanouissement de la Société de consommation, le fantasme des capitalistes)

    Qu’un président de la République se permette de déclarer, juste avant son élection de 2007 devant M. Michel Onfray (pseudo philosophe à la mode) : « Je n’ai jamais rien entendu d’aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même » (Article publié sur le site « Les mots ont un sens ») ne laisse-t-elle pas présager la réponse ? !

    M. Henri Laborit soulignait que tant que l’h. s. se contenterait (entre autres) de confondre le mot et la chose, rien ne changerait.

    A noter aussi qu’avant, les apprentis sorciers jouaient en manipulant des concepts où le principe du tiers exclu (ou binaire) était la règle puisque ne rencontrant pas d’obstacles majeurs.

    Actuellement, avec l’exploration du monde de l’infiniment petit, du monde du vivant, la physique quantique est la seule qui est adéquate et le principe du tiers inclus règne !
    L’incohérence de naguère se métamorphose parfois en phénomène de décohérence ! Etc. !
    Ils jouent t. p. … pour le moment, massacrent t. p. l’environnement, le tissu social, etc. !
    Par exemple, lors de l’épidémie de la myxomatose des années 50, 10 % des lapins et lièvres survécurent immunisés !

    Il me semble que ces remarques sont teintées de biologie, de considérations propres aux h. s., donc en harmonie !
    La formule traditionnelle « Même si tout ne va pas très bien, il faut s’efforcer d’oublier le mauvais pour ne garder que le bon côté des choses » ne justifie-t-elle pas l’assertion de départ ? !

    ¨Pourquoi, dès l’école primaire, n’explique-t-on pas aux enfants les grandes lignes du mode de fonctionnement du cerveau ? ! Les pièges tendus ? ! Les causes de la plupart des crimes à chaud ? ! Etc. ? ! Cela ne ruinerait-il pas prématurément le Système en place ? !
    Mais n’est-ce pas reculer pour mieux sauter ? ! Pour que le « happy end » prenne la forme d’une nouvelle Ère ? !

  3. @ Éric: Oui, tout comme une horloge arrêtée donne l’heure juste deux fois par jour.😉

    @ Payen Pierre: Heu…? Pas tout compris. Bonne nuit.

  4. Pingback: | Pierre Rabhi: cultiver son jardin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s