Qui a peur des statistiques?

Allez, tiens, un petit balado à savourer pour le ouikende: l’épisode 56 de Scepticisme scientifique.

Jean-Michel Abrassart tend cette fois le micro à Nicolas Gauvrit. Armé d’une double formation en mathématiques et en psychologie, celui-ci est bien placé pour expliquer comment la sondageophilie médiatique déforme notre perception du réel (à quand l’intégration des stats dans la formation de base des journalistes?), pourquoi un mauvais niveau en probabilités est associé à une tendance à croire au paranormal (authentique) et enfin comment le manque de rigueur scientifique de la psychanalyse (qui décrit certes des cas mais ne teste pas ses hypothèses) a permis à toutes sortes de pseudo-thérapies farfelues de se réclamer d’elle. Entre Freud et la «régression vers les vies antérieures», le passage peut sembler incongru, mais hélas, pas totalement absurde.

Nicolas Gauvrit est l’auteur du livre Statistiques: Méfiez-vous! (éditions Ellipses, 2007) et Vous avez dit hasard? (Belin, 2009) ainsi que du blog Psychologie, Mathématiques et choses connexes. Il collabore également à Sciences et Pseudo-Sciences, la revue de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique).

2 réponses à “Qui a peur des statistiques?

  1. Pingback: Tweets that mention Qui a peur des statistiques? | L'Extérieur de l'Asile -- Topsy.com

  2. Oui, on peut tout faire dire aux satistiques, [sic] la voyance, la psychanalyse mais aussi les assurances se bases sur elles tous les jours mais ce n’est pas pour cela qu’elles sont des sources de vérités. Les exemples sont nombreux de ce que j’avance et l’exemple le plus parlant est à mon sens celui du 11 septembre: Qui pouvait le prévoir? Et qui l’avait prédit? Personne…

    Irène: Allons bon, un spammeur qui veut nous vendre des horoscopes… et qui mélange tout, évidemment! Chose amusante, il n’a pas tort de rappeler qu’aucun devin, gourou, voyant(e) ou autre extra-lucide n’avait annoncé le 11 septembre. (Ben tiens.) Quelle différence avec les statistiques? Simples: celles-ci sont une méthode (ou plutôt un ensemble de méthodes) mathématique pour décrire, étudier, trier et modéliser le réel à partir des données recueillies. Et s’il y a une chose qui est bien connue en statistique, c’est qu’on peut prédire les séries convergentes en les prolongeant dans le futur (exemple: si on observe que la température de l’atmosphère a une tendance au réchauffement sur plusieurs années, et que rien ne vient inverser cette tendance, on peut prédire que la fonte des glaces et la dilatation de la masse d’eau des océans devraient faire monter le niveau de la mer dans une certaine proportion, dont on peut donner un chiffre approché). Mais les séries divergentes, au contraire, sont imprévisibles! (Typiquement: le moment où un groupe pratiquant la lutte armée va changer de stratégie, et passer d’actions localisées, du genre attentats à la voiture piégée sur une ambassade, à des actions conçues pour frapper les esprits au niveau planétaire, avec une méthode totalement inédite comme celle du 11 septembre.)


    Cela dit, mathématiques et voyants sont dans ce domaine en retard sur une catégorie d’individus: les écrivains. Ce qui a germé dans l’esprit des terroristes d’Al-Qaida avait déjà été conçu dans l’imagination d’auteurs de thrillers, comme Tom Clancy. Moralité: les changements volontaires de tendance de ce type sont des phénomènes qui se produisent à l’intérieur d’un cerveau humain. Pour essayer d’imaginer si une chose peut se produire, il faut se demander d’abord si c’est imaginable… Mais même ainsi, on ne pourra pas dire où et quand c’est susceptible d’arriver en vrai.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s