Archives mensuelles : juin 2010

Qui a peur des statistiques?

Allez, tiens, un petit balado à savourer pour le ouikende: l’épisode 56 de Scepticisme scientifique.

Jean-Michel Abrassart tend cette fois le micro à Nicolas Gauvrit. Armé d’une double formation en mathématiques et en psychologie, celui-ci est bien placé pour expliquer comment la sondageophilie médiatique déforme notre perception du réel (à quand l’intégration des stats dans la formation de base des journalistes?), pourquoi un mauvais niveau en probabilités est associé à une tendance à croire au paranormal (authentique) et enfin comment le manque de rigueur scientifique de la psychanalyse (qui décrit certes des cas mais ne teste pas ses hypothèses) a permis à toutes sortes de pseudo-thérapies farfelues de se réclamer d’elle. Entre Freud et la «régression vers les vies antérieures», le passage peut sembler incongru, mais hélas, pas totalement absurde.

Nicolas Gauvrit est l’auteur du livre Statistiques: Méfiez-vous! (éditions Ellipses, 2007) et Vous avez dit hasard? (Belin, 2009) ainsi que du blog Psychologie, Mathématiques et choses connexes. Il collabore également à Sciences et Pseudo-Sciences, la revue de l’AFIS (Association française pour l’information scientifique).

«Pour la mousique»

Ne me parlez pas de la Fête de la Musique. (Et parlez moi encore moins de son nouvel intitulé à l’impératif catégorique.)

La musique, je sors d’en prendre. Dans le métro. Enfin, si on appelle cela de la musique…

Il y a plusieurs types de musiciens du métro à Paris. Certains sont vraiment doués, d’autres font ça comme on va pointer, et un petit nombre est vraiment (mais alors vraiment) exécrable. À croire qu’il y a un grain de vérité dans la caricature du gars qui fait la manche en jouant d’un instrument jusqu’à ce qu’on lui donne de l’argent pour aller ailleurs.

C’est seulement la dernière catégorie que je trouve pénible.

Oh, il y a pas mal de musiqueux besogneux dans les transports urbains de Paris, des gens qui donnent l’impression d’avoir reçu le matin un accordéon et un ticket de métro, et débrouille-toi pour ramener le fric à la fin de la journée. (Oui, ceux-là ont généralement un accordéon. Et parfois une sono portable, ce qui aide à entretenir l’illusion. Encore un exemple de la technique venant en aide à l’humanité, j’imagine.)

Bon, ce n’est peut-être pas fort virtuose, mais c’est de la musique, quoi. La mélodie est reconnaissable, le rythme assez régulier pour aider plutôt qu’entraver la prestation, bref ça meuble cinq minutes de métro.

Quand on a affaire à un gars vraiment mauvais, cependant, du genre tellement mauvais qu’il ne se rend pas compte qu’il est mauvais (effet Dunning-Kruger, es-tu là)…

Le genre non seulement qui joue faux, qui massacre les mélodies non pas l’une après l’autre mais en en mélangeant deux ou trois à la fois, et en plus qui est infichu de garder à peu près le rythme, mais s’arrange pour être en permanence ou presque à contre-temps.

Si, si, tout ça à la fois. Et sur un accordéon des plus cheapos, évidemment.

(Que dis-je, c’est à l’accordéon, ce qui est déjà un facteur aggravant. À mon peu humble avis. Vu qu’il est difficile d’être mélodieux à l’accordéon, voire de produire avec autre chose que de la muzak.)

Là, ça donne plutôt des minutes qui durent des heures.

Paris en ligne et Hadopi? Owni a réuni les deux!

Internaute, internaute, grâce au magazine Owni, toi aussi, devine la date de départ (enfin!) des premiers courriels de mise en garde Made in Hadopi™!

Un grand jeu franco-français avec un vrai «Min-iTel» du futur à gagner. Que demande le peuple?

(Source: PC INpact, bien sûr.)

No soccer, plz. We r lolcats.

No, u cant play   soccer wid dese balls

Click to rate that LOL.

World cup? What world cup? I’d rather watch cat ball!

La coccinelle de Darwin

Allez, tiens, un petit jeu pour perdre du temps sur le Net — euh, pardon, apprendre en s’amusant!

C’est Evolutionary Ladybug (“La coccinelle évolutionniste”), où le but est de guider la coccinelle avec la souris pour lui faire manger les pucerons. On ne gagne rien, mais on voit évoluer la population de pucerons: des individus vert feuille apparaissent (plus difficiles à repérer), leur vitesse moyenne augmente (ils sont plus durs à attraper), etc.

Un joli exemple de modèle informatique d’un système soumis à la sélection naturelle. C’est réalisé par le réseau de recherche en bio-informatique BEACON (Bio/computational Evolution in Action CONsortium), qui regroupe plusieurs universités américaines.

(Source: Blake Stacey et The Panda’s Thumb.)

I get e-mail too

Oh, joy! Now, I’m on the e-mail list of über-creepy (and obviously mentally deranged) troll “Mabuse”, whose insanities have been polluting atheist/skeptic and/or scientific blogs for weeks. Just to give something to do to spam filters and troll detectors, I guess. You gotta exercise these cyber-muscles!

But if the crazy critter can’t post any longer on said blogs, following the links under the names of commentators is still an option. So is using their e-mail to propel angry, incoherent tirades:

Re: Why Jerry Coyne is a LIAR…

From: infidelwar@lavabit.com

how can these HEADLESS IDIOTS BET AGAINST GOD!!!
________________________________________

what happens when you LOSE Pascal’s Wager…

http://www.peterkreeft.com/topics/pascals-wager.htm

_____________

you FIGHT PAPER MONSTERS…

the blood and bodies of the atheist movement…

you mofos killed MICKEY MOUSE!!!!

this has more TRUTH then what Dawkins, Randi, Harris, Myers, and Shermer
combined have said in their entire lives…

they tried to BULLDOZE the entire METAPHYSICAL DIMENSION…

they LOST THE WAR……

you have FORFEIT YOUR SOUL, shermer… you have become an object in the material world, as you WISHED…

http://www.youtube.com/watch?v=eUB4j0n2UDU

we’re gonna smash that TV…

They had become ENEMIES OF THE PEOPLE AND OF GOD…
you pushed too much and *CROSSED THE LINE*

degenerates (PZ) or children (HEMANT) – ATHEISTS!

http://www.youtube.com/watch?v=bRRg2tWGDSY

do you have anything to say, you STUPID LITTLE F*CKER?

how about I tell you, Mr. Shermer, EVERYTHING YOU THINK ABOUT THE WORLD is

*WRONG*

THE BOOBQUAKE – 911!

http://dissidentphilosophy.lifediscussion.net/philosophy-f1/the-boobquake-911-t1310.htm

RUN, ATHEISTS, RUN!!!

——————-

Well, well, I must be flattered, I suppose! Abuse from Mabuse? This puts me in good company, with publications like Pharyngula, Blag Hag, Greg Laden, Skepchick, Coffee and Sci(ence), Scepticisme scientifique, Why Evolution Is True, Butterflies and Wheels, Friendly Atheist, Metamagician and the Hellfire Club. Plus Richard Dawkins and Michael Shermer, to name a few.

Oh, and not all the links in the asylum escapee’s message are pointless. Bizarrely, there is Michael Shermer’s excellent video “Baloney Detection Kit” (courtesy of RDF TV), and an interview with Hemant Mehta, the guy who “sold his soul on eBay”!

Way to score against your team, eh?

Parfois, la justice passe aussi pour les ministres

Et c’est un spectacle que tout(e) bon(ne) démocrate se doit de savourer. Qu’on se le dise, il y a donc bien encore une justice en France.

Même pour les Auvergnats ministres.

This is not the observatory you’re looking for

Students of astronomy at Carleton College, Minnesota (USA), must have an awesome sense of humor. On June 2, they dressed up the campus’ Goodsell Observatory as… a character from Star Wars! Notice how they made good use of the observatory’s cupola:

(Click on image for higher resolution.)

Science blog Dynamics of Cats has more pics and vids. With sound effects, natch.

La chaîne des habitudes

Je remercie mon collègue blougueur Dagrouik pour avoir mis mon nom sur cette chaîne dite des habitudes des blogueurs. Une fois n’est pas coutume, je vais essayer de répondre, et avec le moins de mauvaise foi possible.

(On notera qu’il s’est écoulé un certain bout de temps entre le billet me citant et cette réponse. Événements indépendants de ma volonté, tout ça.)

Question 1: Qu’est-ce qui vous inspire : des lectures, des situations de la vie quotidienne?

En général, ce que je lis sur mon écran. Cela peut être un article de presse, un billet de blogue, un courriel…

Question 2: Qu’est-ce qui déclenche l’acte?

Le fou rire ou la fureur, c’est selon.

Question 3: A quels moments de la journée le faites-vous? De quels endroits?

De chez moi, en général. L’heure, cela varie. (Et il m’arrive de poster en anti-datant, donc inutile d’essayer de déduire quelque chose sur mes horaires de vie et de travail réels.)

Question 4: Comment et où vous installez-vous? Quel est votre environnement?

Un ordinateur portable sous Ubuntu, posé sur un bureau qui accuse son âge (il provient d’une succession) mais qui est encore fort robuste. Pour le confort de frappe, j’ai rajouté une souris externe et un clavier 105 touches. L’ennui, c’est que le bureau n’est pas très profond. Solution : j’ouvre à moitié le tiroir du haut pour poser le clavier en équilibre dessus. Légèrement précaire, mais ça marche.

Question 5: Quels outils utilisez-vous pour écrire (un traitement de textes ou directement dans votre éditeur de billets)?

L’éditeur de WordPress, parce que je ne veux pas me casser la tête. On peut basculer du mode prévisualisation au code HTML de la page, bien utile pour bidouiller si nécessaire.

Question 6: Faites-vous beaucoup de recherches? Rédigez-vous beaucoup de brouillons ou d’articles que vous ne publierez pas?

Si j’ai un projet en tête mais pas le temps de creuser, il m’arrive de faire un brouillon rapide dans WordPress en me disant que j’y reviendrai plus tard, mais il faut avouer que j’ai plus de brouillons non exploités que de billets. Sinon, j’écris mes billets en général à chaud et je fais des recherches en parallèle de l’écriture. Lesdites recherches consistant à vérifier les faits («fact-checking», vous savez) et à fouiner le Ouaibe pour des exemples et/ou illustrations.

Question 7: Écrivez-vous en prenant votre temps ou avec une certaine frénésie?

Les deux: avec frénésie, mais en consacrant le temps qu’il faut au billet. Du moins, j’essaie.

* * *

Et maintenant? À qui vais-je passer le maillon? Hum. Désolée, mais comme disait l’autre, «Camarades, brisons nos chaînes!»

Et reprenne celle-ci qui voudra.

De quoi les éditions Classiques Garnier ont-elles peur ?

Vu sur le blogue de Lucie Chenu: Censure aux éditions Classiques Garnier.

Un essai accepté par un directeur de collection, signé, corrigé, imprimé, publié, est retiré de la vente par l’éditeur deux semaines après sa parution , pour des raisons, ainsi qu’on a fini par l’avouer à l’auteure, « idéologiques ».

Affaire pas banale.

Mais cela se passe en France en 2010. L’objet du scandale? Le dernier livre d’Anne Larue (professeure de littérature comparée à Paris XIII, présidente de l’association Modernités médiévales), intitulé Fiction, féminisme et post-modernité: les voies subversives du roman contemporain à grand succès (ISBN 978-2-8124-0122-0).

Encore récemment, voici comment l’éditeur présentait l’ouvrage:

Cet essai, consacré à la littérature de l’imaginaire, s’interroge sur la valeur subversive d’un corpus dont on n’aurait a priori pas attendu la moindre velléité de subversion: la littérature contemporaine populaire de très grande diffusion, anglo-saxonne et française. Il montre comment, soumise au choc du backlash (revanche antiféministe des années 80), la fiction grand public choisit une voie souterraine de résistance et garde enfouie la mémoire d’une féminité triomphante qui devient son sujet principal et «occulte». Ce travail engage donc une réflexion sur le caractère paradoxal des best-sellers: la littérature la plus commerciale, la plus «facile», la plus ludique serait-elle celle où s’expriment le mieux les aspirations politiques et théologiques des sociétés occidentales d’aujourd’hui?

Ce livre, accepté par Bernard Branco, directeur de la collection « Perspectives comparatistes », venait tout juste de paraître aux éditions Classiques Garnier, en mai 2010… Mais il a aussitôt été retiré du catalogue, alors même qu’il était imprimé et prêt à partir pour les librairies et que Fabula et quelques autres sites l’avaient référencé.

L’auteure, Anne Larue, raconte l’avoir appris elle-même en essayant d’en commander quelques exemplaires. Apparemment, personne n’avait pris la peine de la prévenir.

Et en effet, une recherche sur le site de Classiques Garnier avec le nom de l’auteur ou le titre renvoie un résultat nul. Il est également indisponible chez les libraires.

Un article (signé Jef Tombeur) paru sur Come4news donne la parole à l’auteure, cite des extraits et montre une capture du cache Google contenant la présentation de l’ouvrage chez l’éditeur (qui a désormais disparu):

Citons cet article:

C’est en ne voyant pas arriver une commande de dix exemplaires d’auteur qu’Anne Larue a commencé à s’inquiéter et s’informer. Qu’un éditeur ne puisse fournir des ouvrages vaut rupture de contrat mais signifie aussi que les exemplaires ont été pilonnés, détruits. Ou qu’on avait opté pour un court tirage rapidement épuisé. Bref, ce n’est pas chez les soldeurs que vous vous procurerez cette étude dont toute trace semble avoir disparu chez Garnier.

Le livre est paru le 10 mai dernier mais, dès le 26 mai, Anne Larue a obtenu confirmation que les commandes n’en étaient plus servies et que le service commercial en bloquait la distribution. Selon un courriel reçu des éditions par l’auteure, c’est Claude Blum, Bernard Franco et Véronique Gély qui auraient décidé conjointement cette mesure pour le moins inouïe dans le monde éditorial. Véronique Gély aurait estimé que la collection ne peut inclure un livre dont le propos serait de nature à choquer une partie du lectorat habituel des éditions Garnier. Ce serait un essai «polémique» à la limite du sulfureux. Anne Larue estime avoir «posé la question qui fâche, le déni de mai 1968, devenu un épouvantail idéologique».

Mais de quoi l’éditeur des Classiques Garnier, ou sa maison mère, les Éditions Champion Électronique, a-t-il tant peur? De la perspective féministe de l’ouvrage? (Mais la thèse défendue, celle du « backlash » anti-féministe des années 80, a déjà de la bouteille: c’est celle que publiait l’Américaine Susan Faludi en 1991.) Ou bien est-ce l’héritage de Mai 68 qui bouge encore? À moins que le problème ne vienne de l’intérêt porté au Wicca, une religion dont les références païennes et New Age sont un peu trop éloignées du moule judéo-chrétien pour notre digne et pseudo-laïque pays?

Peut-être le problème vient-il des références idéologiques de l’auteure, qui s’appuie sur les ouvrages de Naomi Klein et Virginie Despentes et critique Luc Ferry?

(Ayant eu accès au texte sur PDF, je peux cependant affirmer que les références citées sont éclectiques et loin de se confiner aux brûlots polémiques. Cela va d’Hannah Arendt et Marshall McLuhan à Michel Onfray et Françoise Héritier, en passant par un ouvrage sur Wikipédia présenté par Pierre Assouline et par les études d’Anne Besson sur Tolkien et la fantasy. En tout, une solide documentation puisant aux sources anglo-saxonnes autant que francophones, pour parler sérieusement de sujets souvent abordés sous un angle anecdotique. Tout à fait ce qu’on attendrait d’une universitaire se penchant sur la littérature populaire…)

Ou bien (hypothèse personnelle) l’équipe de Classiques Garnier aurait-elle reçu un coup de fil intempestif tombant d’une certaine hauteur? Les petits mondes de l’université et de l’édition ne sont pas plus à l’abri de ce genre de pression que la presse ou la radio, après tout.

Le Wicca victime d’une chasse aux sorcières, voilà qui serait déprimant. Mais tellement logique.

Màj du 01/06: Il y a aussi une pétition en ligne que l’on peut signer si l’on veut soutenir Anne Larue.

Autres sites mentionnant l’affaire:

  • Neoprofs (forum d’échange et de discussion entre professeurs);
  • Le Post, deux billets signés Jef Tombeur;
  • la fiche Wikipédia d’Anne Larue, déjà à jour;
  • et sur ALKA, le témoignage de l’auteure elle-même.