Internet n’a pas d’odeur

Michel Onfray (dans Le Monde du 17/04) a – encore – une dent après Internet. Et il essaie désespérément de l’opposer au bon vieux livre d’autrefois, jusqu’à friser le point Godwin.

Mais… Une « Littérature de vespasiennes », vraiment ?

Quelle ironie. On se souvient de la fameuse réponse de l’empereur : « Non olet. »

Internet, monsieur le philosophe, c’est comme la recette des taxes sur les toilettes publiques sous Vespasien : ça ne sent pas. Tout dépend de l’usage qu’on en fait.

Et si on peut lire aux cabinets avec une tablette électronique, il reste plus facile d’y emporter un bouquin en papier.

Voire même un quotidien de référence.

8 réponses à “Internet n’a pas d’odeur

  1. On fraie de plus en plus difficilement avec ce grand penseur qui voit des nazis partout. Il n’y a plus qu’à faire un bûcher des livres de Freud !

  2. Dans la même veine, j’ai bien aimé l’article, signalé ce matin par Luc Mandret, sur une « Proposition de loi pour l’interdiction de Michel Onfray dans l’ensemble de l’espace public ».

    Signé (in cauda venenum) : « Spinoza » !

  3. Oh, j’adore !

    Le commentaire anonyme sur Internet est une guillotine virtuelle. Il fait jouir les impuissants qui ne jubilent que du sang versé.

    Il y a quelques années j’écrivais quelque chose de parallèle en defense de la démocratie :

    Le vote anonyme à l’isoloir est une guillotine virtuelle. Il fait jouir les faibles du sang versé de ceux qui ne les gouverneront plus

    Merci de nous avoir pointé vers ce point de vue. Me fait regretter mon enthousiasme pour la lecture des pdf. Celui-ci j’envisage de l’imprimer en triple épaisseur, parfum violette😉

  4. Un article qu’il faut lire, prendre au sérieux.
    Son excès, le peu d’intérêt que présente son argumentation (défonçage de porte ouverte sur les commentaires anonyme plus caricature de l’adversaire) sont en eux-mêmes intéressants. Ils intéresseront les archéologues futurs.

  5. Celui d’Onfray (et le tien aussi), car il est typique de la façon aujourd’hui d’argumenter: frapper fort, mais dire des platitudes. Critiquer les commentateurs anonymes, c’est un platitude. Les comparer à des auteurs de graffitis de latrine, c’est un peu excessif.

    Demain, je publierai un billet sur mon blog où j’essaierai de dire ce que j’en pense.😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s